Blog

Top 10 des façades BD

Publié le 17/09/2015 - Mis à jour le 18/09/2015
Geluck, Hergé, Roba ou Franquin, ils sont nombreux à avoir marqué les esprits avec leurs albums, leurs histoires et leurs personnages hauts en couleurs. A Bruxelles, leurs protagonistes ont élus domicile sur les murs de la ville, s’intégrants dans les rues pour rendre hommage à la capitale belge. Voici une petite sélection, subjective, comme toujours, des préférés de BrusselsLife.

Depuis 1993, la Ville de Bruxelles entreprend de donner une place d’honneur aux dessinateurs et leurs créations grâce à des fresques cachées un peu partout dans la capitale. Elles forment depuis le célèbre parcours BD composé de plus d’une quarantaine de dessins, nous en avons sélectionné dix incontournables. 

 

10. Billy the Cat

Dans la bande dessinée le jeune Billy est transformé en chaton après s’être fait renverser par une voiture.  La série animée franco-belge a en fait une adaptation plus lisse : Billy serait un garnement espiègle qui terrorisait les chats de son quartier qui fut transformé en chat par un magicien pour le punir. Accidenté ou mauvais garçon, il ne peut compter que sur Monsieur Hubert et ses créateurs, Stéphane Colman et Stephen Desberg, pour survivre à la rue du Houblon depuis 2000.
 

 

9. XIII

Le mystérieux XIII de Vance est à la recherche de son identité jusque dans les ruelles de Bruxelles. Ce héros, mercenaire surentrainé essaye à tous prix de découvrir pourquoi autant de personnes veulent l’éliminer. C’est au bout de la rue Philippe de Champagne que le taxi jaune a fait une halte depuis 2010.

 

8. Brousaille et Catherine

Main dans la main, les protagonistes de Frank Pé, dessinateur bruxellois, ont décidé de visiter la ville. Cette fresque a été la première à prendre vie sur un mur de Bruxelles en 1991, rue du Marché au charbon, à côté du légendaire café Plattesteen.

Cette fresque est toute particulière puisqu’elle créé une mise en abîmes, les personnages marchent à l’endroit où l’on se trouve et on peut même voir la fresque reproduite sur la fresque, en arrière plan…
Cependant le dessin actuellement visible date de 1999 suite à une restauration. Celle-ci a été mise à profit pour féminiser quelque peu Catherine, l’amie de Broussaille qu'un grand nombre de visiteurs avaient  "ô horreur ! " identifiée comme un ami!

 

7. Bob et Bobette

Cette fois ci, Bob, Bobette, Fanfreluche, Jérôme, Lambique et Tante Sidonie ont voyagé jusqu’à Bruxelles pour animer la rue de Laeken. Ils sont dessinés les uns au dessus des autres sur un fond rouge par le belge Willy Vandersteen,en référence à leurs albums. Pourtant cette fois, le Manneken Pis s'est invité au sein de la joyeuse bande qu'il soulève à bout de bras.

 

6. Blake et Mortimer

La célèbre marque jaune d’Edgard P. Jacobs, qui sème la terreur à Londres, est apparue à Bruxelles dans rue du Houblon… Et si Sir Blake et le professeur étaient les seuls à pouvoir empêcher le vol de la couronne ? 

 

5. Le Chat

Le  protégé de Geluck  aux gags incisifs est depuis 1993, représenté en construction sur une façade du Boulevard Du Midi. La fresque qui donne au Chat le rôle du skieven architect n’est autre qu’une sorte d’insulte depuis que Poelaert a construit l’imposant Palais de Justice qui surplombe le quartier des Marolles.

Le fameux félin dispose aussi d’un grand nombre de murs à son effigie à Etterbeek.En 2019, un musée devrait même ouvrir ses portes en son honneur. 

 

4. Monsieur Jean

Dupuy et Berberian  sont les deuxièmes auteurs français  à obtenir le droit d’illustrer une façade de Bruxelles rue des Bogards en 2002. Monsieur Jean, écrivain francilien trentenaire plutôt banal vient chercher l’inspiration autour d’une bière au café bruxellois La Mort Subite. Pour l'aider, les plus grands belges l'entourent, vous pourrez trouver parmi eux Hergé ou encore Tintin et Milou. 

 

3. Quick et Flupke

Quick et Flupke ont fait leur première apparition en 1930 dans « Le Petit Vingtième », journal d’Hergé. Les deux enfants sont des champions des accidents et catastrophes en tous genres qui leur apportent des ennuis avec la police et leurs parents.  Les deux petits Bruxellois font les quatre cent coups dans les Marolles, leur quartier d’origine.
 

 

2. Odilon Verjus

Yann et Verron, respectivement scénariste de bandes dessinées et dessinateur français, ont trouvé un endroit sur mesure pour leur missionnaire des années 1930 à la grande barbe blanche: Odilon Verjus. Le personnage excentrique porte secours aux démunis, élève douze petits orphelins et s’oppose au cannibalisme. Il a même été aumônier dans les tranchées de Verdun et parle le papou, le latin, l'argot de Paris, l'allemand et apprend encore l'inuit.

Pour éviter les anachronismes, la coupole du Palais de Justice représentée sur la fresque est celle d'avant l’incendie de 1944. Depuis 2004, ils sont figés rue des Capucins en compagnie de la chanteuse de cabaret Joséphine Baker, secrètement amoureuse d’Odilon et fermement opposée aux nazis bien qu’un peu écervelée. 

 

1. Lucky Luke

Ce célèbre cowboy qui tire plus vite que son ombre de Morris est accompagné de son fidèle Jolly Jumper et du boulet qu’est le chien Rantanplan. La nouvelle capture des Dalton a lieu rue de la Buanderie cette fois. Les quatre frères s’enfuient sous le regard du cowboy qui dégaine son revolver alors que son ombre quant à elle ne l’a pas encore saisi. Ils y sont immortalisés depuis 1993, butin à la main sauf pour Averell qui une fois de plus s’illustre par sa gourmandise et sort de la banque, jambon à la main. 

 

Exprimez-vous ! Utilisez votre compte facebook pour réagir à nos articles ! Vous avez repéré une erreur sur cette page ? Contactez-nous à l’adresse info@brusselslife.be

A lire aussi