Comme La Hache Qui rompt La Mer En Nous

Samedi 12 janvier 2019 - Samedi 2 mars 2019
Ajouter au calendrier 01/12/2019 03/02/2019 Europe/Brussels Comme La Hache Qui rompt La Mer En Nous Un spectacle qui débusque et attise les questions qui
fâchent pour tenter de se mettre à la hauteur de cette
phrase de Kafka à propos de la mission d’une oeuvre:
« être la hache qui rompt la mer gelée en nous ». Après
l’éblouissant Sans Aile et sans Racine, voici le nouveau
face-à-face de Hamadi avec les radicalismes violents.
Théâtre de Poche Chemin du Gymnase, 1A 1A Bruxelles centre , 1000

Théâtre de Poche Chemin du Gymnase, 1A 1A Bruxelles centre , 1000

Carte

Billets / entrée -

Normal 20 € Enfants 12 € Demandeurs d'emploi 12 € Senior 17 €

Caractéristiques -

Théâtre, Théâtre

Un spectacle qui débusque et attise les questions qui
fâchent pour tenter de se mettre à la hauteur de cette
phrase de Kafka à propos de la mission d’une oeuvre:
« être la hache qui rompt la mer gelée en nous ». Après
l’éblouissant Sans Aile et sans Racine, voici le nouveau
face-à-face de Hamadi avec les radicalismes violents.

Voilà deux amis d’enfance. De parents ou de grandsparents
venus d’ailleurs. Ils sont nés et ont vécu dans
la même ville cosmopolite d’un pays d’Europe. Ils ont
fréquenté les mêmes écoles et se retrouvent à l’âge
adulte.
C’est le moment de se dire, de se parler enfin et de
remuer ce qui fâche : les identités, les appartenances
religieuses et culturelles, les choix de vies, de langues, de
conjoints et de territoires, confrontation sur leurs histoires
singulières, mais qui révèle d’autres incompréhensions,
dissensions, griefs, ressentiments, voire des haines
longtemps enfouies.
Tragédie qui montre deux personnages pris dans des
toiles d’araignées sociales, ethniques, religieuses, … et
qui malgré l’amitié et la tendresse qu’ils éprouvent l’un pour
l’autre se laissent déborder jusqu’à l’incompréhensible.
Entre ces moments d’opposition souvent violente, de
courts échanges ponctuent le déroulement de l’histoire;
et les protagonistes deviennent alors tous deux des
personnages à la Beckett, perdus dans un no man’s land
et où ils s’agitent comme des fantômes.
Un spectacle qui débusque et attise les questions qui
fâchent pour tenter de se mettre à la hauteur de cette
phrase de Kafka à propos de la mission d’une oeuvre:
« être la hache qui rompt la mer gelée en nous ». Après
l’éblouissant Sans Aile et sans Racine, voici le nouveau
face-à-face de Hamadi avec les radicalismes violents.

La source :

Où manger ou boire?
avant et après l'événement