Leonard Freed, Worldview: Photographing the World Disorder

Jeudi 18 octobre 2018 - Dimanche 17 mars 2019
Ajouter au calendrier 10/18/2018 03/17/2019 Europe/Brussels Leonard Freed, Worldview: Photographing the World Disorder Le combat pour l’égalité raciale aux Etats-Unis, l’Europe à l’heure de la Guerre froide, le conflit israélo-palestinien, ou encore les policiers au travail : loin de choisir ses sujets au hasard, Leonard Freed, un des maîtres de la photographie documentaire (1929-2006), nous donne à voir les individus ordinaires pris dans le désordre du monde. Musée Juif de Belgique Rue des Minimes 21 Bruxelles , 1000

Musée Juif de Belgique Rue des Minimes 21 Bruxelles , 1000

Carte

Caractéristiques -

Expositions, Musées et art centers

Le combat pour l’égalité raciale aux Etats-Unis, l’Europe à l’heure de la Guerre froide, le conflit israélo-palestinien, ou encore les policiers au travail : loin de choisir ses sujets au hasard, Leonard Freed, un des maîtres de la photographie documentaire (1929-2006), nous donne à voir les individus ordinaires pris dans le désordre du monde.

En partenariat avec la prestigieuse agence Magnum, le Musée Juif de Belgique présente une rétrospective de l’œuvre du photographe américain Leonard Freed (1929 – 2006). Outre des planches-contacts inédites, les visiteurs peuvent y découvrir cent soixante tirages noir et blanc de Freed. L’exposition s’achève par un film de treize minutes dans lequel le photographe revient, à la première personne, sur la manière dont il construisait ses sujets.
Issu d’un milieu modeste, Freed naît à Brooklyn dans une famille juive originaire de Minsk, en Biélorussie. Jeune adulte, il rêve de devenir peintre, mais un voyage de deux ans en Europe et en Afrique du Nord au début des années 1950 le fait changer d’avis. Il sera photographe.
Son œuvre, sensible, patiente et engagée, raconte la deuxième moitié du 20e siècle par le prisme des individus ordinaires. Rejoignant l’agence Magnum en 1972, Freed cherche à rendre intelligible le monde qui l’entoure. La reconstruction de l’Europe d’après-guerre, le mouvement des droits civiques aux États-Unis, le conflit israélo-palestinien, la police et le maintien de l’ordre, la chute du communisme après 1989 : à travers ces événements auxquels il rend toute leur complexité et leur caractère désordonné, ce sont des thèmes aussi intemporels que la peur, l’amour, la violence, la révolte ou l’éphémère des choses que le photographe met en lumière.
De ses débuts new-yorkais en 1954 à ses derniers clichés pris à Garrison depuis la fenêtre de sa chambre en 2002, « Leonard Freed : Photographier un monde en désordre » retrace le parcours d’une figure majeure de la photographie documentaire. Son regard nous invite à une plongée inédite dans l’histoire du monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

La source :

Où manger ou boire?
avant et après l'événement