Quand les palaces et hôtels de Bruxelles vous content l’histoire de la capitale

Plusieurs hôtels du centre-ville de Bruxelles sont témoins des tendances de jadis. De par leur visite, ils nous proposent un voyage dans le passé.

Créé le 22/01/2018 - Dernière mise à jour le 16/03/2018

Bruxelles est une ville pleine d’histoire, et les hôtels, que l’on peut même qualifier de palaces pour certains, sont d’excellents endroits pour re-vivre le Bruxelles d’autrefois.

L’hôtel Métropole : seule enseigne encore survivante du Bruxelles du XIXe siècle

C’est de loin l’hôtel le plus connu de Bruxelles ! Situé sur la Place de Brouckère, en plein centre-ville, ce majestueux palace a accueilli des grands de ce monde, et notamment Albert Enstein, Marie Curie, Max Planck et Hendrik Korentz, invités en 1911 pour le premier Conseil Solvay de l’histoire. Mais le bâtiment est en fait bien plus vieux car il fut construit en 1872 pour accueillir les bureaux de la Caisse Générale d’Epargne et de Retraite. Racheté par la brasserie Wielemans-Ceuppens, qui détient toujours l’établissement aujourd’hui, l'hôtel Métropole demeure un témoin important de l’architecture art déco bruxelloise.    

L’hôtel Amigo : une ancienne prison devenue hôtel de luxe     

Situé derrière l’Hôtel de Ville de Bruxelles, à quelques pas de la Grand-Place, le bâtiment qui abrite l’hôtel Amigo date de plus de 500 ans. Il fût d’abord une maison de riches commerçants, puis une prison, l’arrière du bâtiment abrite d’ailleurs un commissariat. Mais le bâtiment fut racheté par le groupe hôtelier Rocco Forte en 1957, à l’aube de la célèbre exposition universelle de Bruxelles et accueille aujourd’hui les grands de ce monde dans des chambres luxueuses.

Pourquoi  ‘Amigo’, il s’avère qu’il faudra remonter au XVIIe siècle pour trouver l’explication au nom de cet hôtel, lorsque des hauts placés bruxellois présentèrent  le lieu à l’entourage du nouveau gouverneur des Pays-Bas, Philippe II. On leur montra donc la prison, « vrunte » (lieu fermé) en dialecte local, que nos occupants espagnols de l’époque confondirent avec "vriend" (ami) ou amigo en espagnol.  

Hôtel Marivaux : le cadre d’un ancien cinéma pour un hôtel quatre étoiles et plein d’histoire

Tout commence en 1924, lorsqu’ouvre le Théâtre Marivaux, un des plus beaux cinémas de Bruxelles à l’époque. Sa salle, immense pour le début du vingtième siècle, arbore un style Art Déco et peut accueillir 1 500 places sur un parterre et deux balcons. A l’époque c’est la firme Pathé qui gère ce lieu avec le Pathé Palace, situé un peu plus loin sur le Boulevard Anspach.

Occupé par l’armée allemande pendant la deuxième guerre mondiale, le Théâtre Marivaux se voit officiellement baptisé Cinéma Marivaux en 1967 et se voit alors divisé en deux salles plus petites pour rentabiliser les lieux. En 1991, l’arrivée du Kinépolis force la société Pathé à se retirer du marché belge et à fermer le cinéma. Quelques années plus tard, l’établissement est transformé en hôtel. Il bénéficie encore aujourd’hui du cadre et de l’emplacement du cinéma et les anciennes salles servent désormais aux événements de l’hôtel Marivaux.