5 projets d'habitat modulable récompensés pour lutter contre le sans-abrisme à Bruxelles

Pour lutter contre le sans-abrisme, la région bruxelloise a récompensé 5 projets concrets d'habitat modulable.

Créé le 21/12/2018 - Dernière mise à jour le 21/12/2018

Alors que l’hiver commence aujourd’hui, le froid n’avait pas attendu le solstice pour venir frapper les rues de notre capitale et ceux qui y logent… L’année passée, un beau projet était présenté au public pour lutter contre le sans-abrisme : ORI-GAMI. Des tentes en carton (re)pliables en accordéon et transportables.

Construction entre les mots “original” et “ami” pour former le nom du célèbre concept de l’art du papier plié japonais auquel il fait évidemment référence par son architecture, ORI-GAMI était un beau projet. Les plans avaient été réalisés dans un centre de réinsertion au travail et les tentes fabriquées avec du matériel de cartonnerie dans l’atelier de la prison de Lantin.

L’idée était venue de plusieurs constats : il est interdit de “camper” sous tentes à Bruxelles, les sans-abris avec animaux refusent très souvent d’être hébergés dans les foyers qui n’acceptent pas leurs fidèles compagnons, ces mêmes dortoirs sont souvent trop pleins lors de l’hiver et la police tolère ces constructions de carton (qui isolent, heureusement, assez bien du froid). Une vingtaine de tentes ORI-GAMI avait alors été distribuées à Bruxelles.

La société civile, pilier de l’action sociale, récompensée par le politique

Cette année, la région bruxelloise (via la Ministre du Logement, Céline Fremault) a récompensé cinq projets qui proposent un habitat modulable et alternatif aux plus démunis. Tous originaires du secteur associatif, ils ont été récompensés d’un prix de 200.000 euros chacun. Fabriqués à base de bois ou d’autres matériaux, ils sont installés dans des bâtiments inoccupés, sur des terrains aux surfaces minimes ou encore des friches industrielles.

L’appel à projets comprenait aussi l’accompagnement, l’intégration et le suivi des “locataires”. Sur un total de huit projets, cinq ont été sélectionnés, il s’agit de “Home for less” de l’asbl l’Îlot, de “Modulo” de l’agence immobilière sociale de Saint-Gilles, de “Moving Nest” de l’asbl Infirmier de rue, de “Swot Mobiel” et de “Woonbox”, tous les deux de l’asbl Samenlevingsopbouw. La sélection se basait sur les critères suivants : le coût du projet, le nombre de logements créés et de bénéficiaires, le caractère innovant du projet, l’insertion socio-culturelle du projet dans le quartier.

La Ministre du Logement (cdH) explique que « les nouveaux projets de logements modulaires s’adressent spécifiquement à un public fort précarisé, en particulier celui issu de la rue. A l’image de ce qui se fait déjà avec succès avec Housing First, le suivi et l’accompagnement social des locataires des logements modulaires sont considérés comme des conditions nécessaires pour une réinsertion sur le long terme. En d’autres mots, l’inclusion sociale n’est pas possible sans accompagnement de qualité et cet accompagnement n’est pas envisageable sans un accès au logement. ».

Focus sur les cinq projets récompensés

Home for Less

Le projet s’est développé en 2017 et 2018 d’une collaboration entre l’asbl l’Îlot, le collectif Baya, la Communa, la Fondation Roi Baudouin et les étudiants de l’atelier Architecture Construite de l’ULB dans les bâtiments de l’Armée du Salut. Le projet logera deux personnes dès juin 2019 dans les bâtiments des casernes d’Ixelles, propriétés de l’ULB/VUB.


Modulo

Le projet Modulo est né d’une réflexion sur la question des logements vides et inoccupés région bruxelloise et du constat des longues périodes d’attente pour la construction de projet immobilier. Il est porté par l’Agence Immobilière Sociale Théodore Verhaegen à Saint-Gilles, en partenariat avec une association d’architectes et designers : Bruno Husquin, Nicolas Watteijne, Noemi Giovannetti, Jérémy Husquin et l’asbl Diogènes. Actuellement, plusieurs pistes sont à l’étude avec différents propriétaires de bâtiments et terrains à Bruxelles pour la mise en place des premiers Modulo.

Moving Nest

Le premier projet Moving Nest avec locataire verra le jour dans le courant de la début d’année 2019. Il est déjà placé sur un terrain à Schaerbeek. Le deuxième logement est en cours de construction dans un centre de formation pour jeunes (c’est également l’une des idées du projet) dans la province de Luxembourg, il sera installé dans la capitale fin janvier, début février. Les occupants seront accompagnés par des associations membres du collectif 400 toits.


Swot Mobiel


Projet pilote de Logement Solidaire et Mobile, SWOT Mobiel commencera la construction des ses logements début février 2019. Ceux-ci seront installés dans le courant de l’été 2019 sur un terrain du quartier Esseghem à Jette dans le cadre d’un contrat de quartier Magritte. Le terrain est la propriété du centre culturel jettois d’Averroès qui est libre d’occupation en attente de nouvelles infrastructures.


Woonbox

Le premier prototype Woonbox avait été installé au 27e étage du WTC jusqu’il y a peu. Les concepteurs du projet testent actuellement la résistance au feu de leur logement (elle serait assez solide, presque 3 heures, ce qui est énorme). Le projet serait décliné en une dizaine de logements sachant accueillir une trentaine d’habitants en septembre 2019. L’organisation est toujours en contact avec des propriétaires pour trouver une surface entre 1200 et 1500 m² à cette fin.


Crédits photos & sources : Cabinet Fremault, Îlot/Home for Less/Thomas Noceto, Modulo, Habitat & Humanisme/Moving Nest, SWOT Mobiel/Woonbox/Samenlevingsopbouw, Pixabay/sinzicraciun0.