TOP

UN VÉLO DNS LA VILLE Baptiser les pistes cyclables : un casse-tête ?

Marina Nys. Mobilité

19 Oct 2020, 20:10 Last Updated: 20 Oct 2020, 15:10

Va-t- donner un nom aux principales pistes cyclables bruxelloises ? Ce ne sera pas facile compte-tenu des exigences actuelles en la matière…

Baptiser les pistes cyclables : un casse-tête ?
Baptiser les pistes cyclables : un casse-tête ?

Alors que ça gronde toujours entre automobilistes d’une part, cyclistes, et d'autre part « trotinettistes et autre usagers (tels les « segway ») sous vide juridique par rapport au « code de la route », le nombre de pistes principales augmente. Il existe actuellement à Bruxelles par loin de 40 km de longues pistes aménagées ou en cours d’aménagement autour de la « Petite Ceinture » et traversant de part en part la Capitale, plus ou moins de nord en sud et d’ouest en est, devant aboutir aux confins de la Région.


Quid des « quotas » ?


L’idée de leur donner un nom de baptême germe certainement déjà dans plus d’une tête responsable. Mais comme il existe désormais un… code et des quotas à respecter, ça ne s’annonce pas évident du tout. C’est un peu comme pour les tunnels, puisqu’on ne veut plus des noms… non officiels ce ces voies, cfr le tunnel Léopold II en pleine « décolomania
EddyMerckx, l’incontournable
Si l’on veut logiquement baptiser les pistes cyclables du nom de… grands champions cyclistes, le choix ne manquent pas de héros auxquels un bel hommage pourrait ainsi être rendu. En précisant qu’il existe déjà une station de métro EddyMerckx du nom de notre « plus grand sportif de tous les temps » par ailleurs toujours bien vivant, on pourrait rappeler qui furent quelques – rares – champions nés à Bruxelles ou devenus « Bruxellois d’adoption ».


Le cyclisme bruxellois


Bien avant Eddy Merckx, l’Anderlechtois Philippe Thys remporta plusieurs tours de France, en 1913, 1914 et 1920, ce qui indique que la Grande Guerre a interrompu une carrière en plein essor. Natif de Grand-Bigard, aux portes de la Région, Romain Maes s’adjugea la « Grande Boucle » en 1935. Né à Werchter, Joseph Scherens fut sept fois champion du monde de vitesse entre 1932 et 1947, et surtout le « Poeske » de tous les Bruxellois qui l’a-do-raient. FerdinandBraecke, pour sa part, a vu le jour en Flandre mais a vécu toute son enfance à Bruxelles. Cet autre spécialiste de la piste remporta deux fois le Trophée Baracchi avec EddyMerckx, et un Tour d’Espagne. Enfin, l’Ucclois Jean-Marie Wampers a gagné Paris-Roubaix en 1989


Les championnes flandriennes


Rayon féminin, nous n’avons pas encore notre Jeannie Longo, mais la dernière décennie est néanmoins riche de plusieurs titres mondiaux tous remportées par des cyclistes de la partie nord du pays telles l’Ekerenoise Sanne Cant (trois fois championne du monde et… onze fois de Belgique de cyclo-cross), la Wilrijkoise Kelly Druyts (championne du monde de scratch), la Rumstoise Lotte Kopecky et sa coéquipière gantoise JolienD’Hoore deux chois championnes mondiales « à l’américaine » !
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Sanne Cant (@sannecant) le

Mobilité Vélos Pistes cyclables