BRABANCE. Pays de bières, ô Belgique et ô patrie…

Alimentation
Écrit par Maxime de Kerchove - 22 nov. 2018, 12:01 (Mis à jour: 15 mai 2019, 09:34)
BRABANCE. Pays de bières, ô Belgique et ô patrie…
La Brabance, nouvelle bière belge branchée débarque dans les bacs...

Notre pays regorge de bières. Blondes, ambrées, brunes, bières d’abbaye, pils, spéciales, trappistes, faro, lambic, stout, ... Il y en a pour tous les goûts ! Le plus grand groupe brassicole au monde (ABInbev) nous fait l’honneur d’avoir sa boîte aux lettres à la Grand’Place, nous comptons aussi plusieurs brasseries industrielles (Alken-Maas, Haacht, etc.) et un nombre incommensurable de brasseries artisanales et de micro-(nano-)brasseries, que ce soit dans les Flandres ou dans les provinces wallonnes.

Alors que cela coule presque de source de brasser en Belgique, il n’est donc pas chose aisé de se lancer sur un marché déjà bien desservi, c’est là qu’on reconnaît l’audace de Brabance et de son fondateur. Entretien avec Sébastien van Malderen, entre deux bières, en toute sobriété…


BrusselsLife : pourquoi "Brabance" ? Qu'est-ce qui vous a motivé à commencer cette entreprise dans le monde de la bière ?

Sébastien van Malderen : je buvais une bière à Londres avec mon frère que je visitais pour un weekend, et j’ai très vite compris que les Anglais payaient beaucoup d’argent pour de la bière pas très bonne … Les exceptions étaient les bières de type craft et les bières belges. Je me suis fait la réflexion que combiner les deux, craft et belge donc, pourrait être marrant ! Pas que ça n’avait jamais été fait… mais de retour en Belgique, l’idée m’est restée et je me suis lancé !

BL : le marché local et international n'est-il pas déjà submergé de mousses de tout type ?

SvM : au plan local, les bières “vieille école”, il y en a trop, voire beaucoup trop... Les bières à l’ancienne, lourdes, “traditionnelles”. Par contre, les nouvelles bières, qui expérimentent des recettes et créent du renouveau, je dirais qu’il y en a trop peu.

BL : on vous dit entrepreneur dans l'âme ? 

SvM : de base, non ! Mais maintenant que j’ai lancé ma boîte, ça a changé. J’avais une idée et j’ai décidé de me lancer, c’est tout.

BL : quels étaient vos projets dans le passé et en avez-vous déjà pour le futur ?

SvM :j’ai passé six mois sur les routes belges avec mon appareil photo pour prendre tous les fritkots en photo. Je compte en faire un jour un livre, mais pour le moment, je me concentre sur Brabance.

BL : de combien de personnes est composée l'équipe de Brabance et comment fonctionne-t-elle ?

SvM :l’équipe Brabance depuis le début c’est moi seul, qui bosse dessus temps plein. Je passe mes journées a démarcher les point de ventes, faire des livraisons, des e-mails, des appels, … Mais on va agrandir un peu l’équipe dans un futur immédiat !

BL : visez-vous un public particulier ? Est-ce une bière hype pour gens branchés ?

SvM :pas spécialement, la bière c’est la boisson du peuple après tout ! Mais vu qu’on est surtout vendu dans les quartiers de Flagey et Saint-Gilles, on pourrait être associé avec ce côté ‘branché’.

BL : une bière plus urbaine que rurale donc ?

SvM : on est plus présent en ville car on vient de la ville ! C’est plus logique de commencer par ce qu’on connait, et ce qu’on connait, c’est Bruxelles. Mais on va évidemment essayer d’agrandir notre réseau.

BL : où peut-on trouver vos produits ? Dans quels points de vente ? Des bars la servent-ils déjà ?

SvM : pour le moment on se focalise sur les bars et restos à Bruxelles, avec quelques magasins spécialisés au centre-ville aussi (voire liste en bas d'article).

BL : pourquoi "Brabance" ? Pourquoi ce nom ?

SvM :"Brabance" c’est "Brabançonne" raccourcie, mais "Brabançonne" ça faisait un peu long et pas très original. On a donc enlevé quelques lettres à la fin, c’est aussi simple que ça ! On n’a pas cherché à se casser la tête !

BL : pourquoi représenter l'hôtel de ville de Bruxelles et son célèbre beffroi ?

SvM :on voulait mettre en avant l’architecture belge sur nos étiquettes. Dans un premier temps, ca paraissait logique de commencer avec l’hôtel de ville de Bruxelles car il est en plein centre de la capitale, elle-même en plein centre du pays.

BL : vous misez sur la carte belge et bruxelloise dans votre identité ? Ou est-ce juste un hommage au "royaume de la bière" ?

SvM : quand le Belge voyage à l’étranger, on lui fait des compliments sur trois choses : le chocolat, les frites, et la bière ! Un Français qui fait du vin il va le mettre en avant, le Russe, c’est la vodka et ainsi de suite. On ne va pas nier notre réputation d’être des bons brasseurs ! Mais comme je disais, les bières traditionnelles, on les a vues et revues. Elles sont très bonnes mais autant un peu changer les choses et mélanger tradition et innovation !



BL : pourquoi le design du studio gantois DIFT vous a plu ? Cherchiez-vous un côté vintage ? Inspiré du pop art et de Roy Lichtenstein ?

SvM : la vraie raison, c'est que DIFT a été lancé par mon cousin ! Mais c’était aussi parce qu’ils comprenaient exactement ce qu’on cherchait. Inspiré de Lichtenstein mais aussi de notre architecture belge, d'Eddy Merckx, de Jacques Brel avec un peu de Wes Anderson, …

BL : le site Eye on Design vous a repris dans leur liste des designs intelligents pour des produits alcoolisés "that are almost too pretty to drink", une fierté ?

SvM  :évidemment ! Le mot-clef là-dedans c’est le ‘almost’. Une bouteille vide peut toujours être gardée après tout. C’est sûr qu’une bière, le but c’est que les gens la boivent, pas qu’ils la regardent. Mais ma logique était que quand quelqu’un rentre dans un magasin pour acheter à boire, il va soit acheter ce qu’il connait, soit il va s’aventurer et prendre du nouveau. Et avoir une étiquette qui sort du lot, ça aide ! Le fait d’avoir gagné la médaille d’or pour meilleur design d’étiquette confirme selon nous qu’on est sur la bonne voie par rapport à ça.

BL : pourquoi sortir du design classique des bières (pils ou spéciales) belgo-belges au look moyenâgeux et plus tradi ?

SvM : le look moyenâgeux c’est marrant pour les bières du Moyen Âge, chose que nous ne sommes pas. Brabance a été lancé officiellement cette année [en 2018], et on voulait le montrer.

BL : qu'est-ce qui vous a dirigé vers la création d’une nouvelle bière de type "ale" ? Comment s'est passée l'expérience chez Beerstorming ?

SvM : vouloir lancer sa marque de bière, c’est drôle et amusant, mais j’avais aucune idée de comment brasser. Du coup, après un peu de recherches, je suis tombé sur Beerstorming. Le temps d’une soirée chez eux, on a élaboré la recette ensemble. Je savais vers où je voulais me diriger en termes de goût, et grâce à eux on a réussi à créer quelque chose d’original ! On l’a fait en une fois avant de se lancer sur une plus grosse production.

Au lieu de s’amuser à faire des petites productions plusieurs fois, on était content avec la recette de base et on voulait voir ce que les gens en pensaient directement, c’est à dire le grand public. On a fait des tout petits changements à chaque brassin après le feedback reçu et on continue à essayer de l’améliorer à chaque brassin, mais selon moi elle est déjà presque parfaite.

Beerstorming avait tout un assortiment d’houblons et d’ingrédients qu’on pouvait sentir et gouter ; ils expliquaient pour chacun, quel effet ça allait avoir sur le goût, et on a choisi ce qu’on aimait bien. Même chose pour les baies de la passion, une épice qu’on a rajoutée en plus pour avoir un léger nez fruité.


BL : comment décririez-vous son goût ? En quoi fait-elle la différence ?

SvM :“au service, une robe dorée, huileuse et matte (légèrement trouble), se dégage. Une fine mousse blanche se forme et demeure sur le ménisque avec l’apparition de fines bulles à quelques endroits qui longent les parois du verre. Le nez, ouvert et intense, porte sur des arômes de céréales, de baies rouges et de bonbon. En bouche, l’attaque rafraîchit la bouche avec une invasion de bulles puis l’apparition d’une amertume marquée pour terminer sur une finale ronde. L’amertume sèche et astringente reste longtemps en bouche alors que d’autres saveurs rappellent les triples (banane, sucre) mais en plus complexe avec des notes d’abricot, de fleur de sureau et de fruits rouges.”

Une revue qu’on a eue du site beer.be qui la décrit bien !


BL : parlez-nous un peu de la bière Brüsseloise ? Une blanche, pourquoi ce choix ? Un must-have ? Et pourquoi cette collaboration avec German Kraft Beer ? Comment vous êtes-vous rencontrés ?

SvM : la Brüsseloise c’est donc l'autre bière de Brabance. German Kraft Beer, c’est des copains qu’on a eu le plaisir de rencontrer à Londres, on a échangé nos bières et on aimait vraiment bien ce qu’ils faisaient, et eux de même pour la Brabance. On a décidé de faire une blanche car on s’était dit que les styles de bières blanches belges (Wit) et allemandes (Weiss) étaient similaires mais différents à la fois. Donc pourquoi pas essayer de créer un mélange des deux. On a utilisé que des ingrédients belges et allemands du coup, et selon moi, c’est une réussite !

Quant au nom et au design, on a décidé de jouer sur "Bruxelloise", en changeant le "x" pour les deux "ss" pour faire plus néerlandophone, et le "ü" en clin d’œil à l’Allemagne. Et comme bâtiment, on a pris une moitié des Arcades du Cinquantenaire (NDLR : Porte de Tervueren) et une moitié de la Porte de Brandebourg de Berlin. On a pris ces bâtiments-là car on s’imaginait bien boire des blanches dans les parcs devant au soleil !


Où pouvez-vous trouver les produits BRABANCE :

En Brabant (flamand et wallon) :

- The Forest Tiny House : 4 Kasteekdreef, 3390 Tielt-Winge
- The Drinks : 13 de Limburg Stirumlaan, 3040 Huldenberg
- Monsieur Patate : 12 place du Mole, 1420 Braine-l’Alleud
- La Ruche Qui Dit Oui! : 86 rue du Hameau, 1640 Rhode-Saint-Genèse
- Proxy Delhaize : 333 Zonienwoudlaan, 1640 Sint-Genesius-Rode
- De Bierschuur : 7 Pastoor Cooremansstraat, 1702 Dilbeek

A Bruxelles :

- La Ruche Qui Dit Oui ! Auderghem : 19 avenue des Volontaires, 1160 Auderghem
- Isal : 9 avenue Legrand, 1000 Bruxelles
- Otap : 10 place Albert Leeman, 1050 Ixelles
- Comptoir Rodin : 8 avenue Auguste Rodin, 1050 Ixelles
- Flip : 40 chaussée de Boondael, 1050 Ixelles
- Le Pantin : 355 chaussée d’Ixelles, 1050 Ixelles
- Star Night : 304 chaussée d’Ixelles, 1050 Ixelles
- Au Vieux Bruxelles : 35 rue Saint-Boniface, 1050 Ixelles
- Le Comptoir Belge : 72 avenue Jean Volders, 1060 Saint-Gilles
- Belge Une Fois : 89 rue Haute, 1000 Bruxelles
- Belgian Beer Tradition : 32 rue au Beurre, 1000 Bruxelles
- Delirium : 4 impasse de la fidélité, 1000 Bruxelles
- Kanal Street Food Market : Quai des Péniches, 1000 Bruxelles

N'hésitez pas à les suivre sur les réseaux sociaux : Facebook et Instagram !


Crédits photos et textes : Brabance.

Avez-vous apprécié cet article?

Partagez-le

Chargement de l'article suivant ......

Newsletter

Chaque semaine, du nouveau contenu dans votre boîte mail

Newsletter

Découvrez plus de 12 000 adresses et événements

Profitez de toutes les sections de BrusselsLife.be et découvrez plus de 12 000 adresses et un grand choix d'événements, d'informations et de conseils et astuces de notre écriture.

Brusselslife.be
Avenue Louise, 500 -1050 Ixelles, Brussels,
02/538.51.49.
TVA 0472.281.221

Copyright 2022 © Brusselslife.be Tous droits réservés. Le contenu et les images utilisés sur ce site sont protégés par le droit d'auteur. la propriétaires respectifs.

www.brusselsLife.be/[email protected]