Dans les coulisses de l’Ommegang

Écrit par Frédéric Solvel - 01 juil. 2014, 00:00 (Mis à jour: 12 janv. 2022, 04:32)
Dans les coulisses de l’Ommegang
Ce lundi, l’Ommegang et son cortège sortaient pour la première fois. Parmi les nombreux figurants, Martine & Michel nous ont ouvert leurs portes et leurs cœurs. Plongée dans les coulisses de l’Ommegang, au cœur du bon peuple...

L’après-midi touche doucement à sa fin quand Martine et Michel Hordies nous accueillent. A la fenêtre une affiche de l’Ommegang, au mur du salon quelques souvenirs de leurs précédentes participations… Au milieu, baignés par le doux soleil d’été de cette fin de journée, leurs costumes n’attendent qu’une seule chose : être enfilés.

Derniers préparatifs

Ils devront patienter un peu. Martine et Michel nous parlent de l’Ommegang, de leur Ommegang. On glisse vite sur les origines historiques de cette procession devenue en 1549 une fête grandiose en l’honneur de Charles Quint venu présenter son fils Philippe dans nos régions. En 1930, la tradition reçoit un nouveau souffle. Depuis, ce sont chaque année 1400 figurants, 50 chevaux, 9 géants et un théâtre de marionnettes ambulant qui donne à Bruxelles des airs de Renaissance.

Ce couple de Bruxellois est devenu figurant de l’Ommegang il y a une quinzaine d’années. L’entraîneur de badminton de leurs enfants, par ailleurs impliqué dans l’organisation de la reconstitution historique, cherchait à renforcer son groupe. Nos hôtes du jour ont saisi le volant au vol et perpétuent désormais chaque année la tradition.

L’heure avance et il faut maintenant revêtir son costume. En ajustant sa coiffe, Martine se confie : C’est notre histoire. Nous sommes Bruxellois, nous sommes fiers d’endosser le rôle des Bruxellois du XVIe siècle. Michel acquiesce et insiste: C’est important de perpétuer la tradition.

Le bon peuple se rallie

Direction le centre-ville pour retrouver les autres figurants du bon peuple autour d’une bière et prendre connaissance des dernières informations pratiques. Martine et Michel y retrouvent leurs amis. C’est qu’en quinze participations, ils ont eu le temps de convaincre d’autres de les rejoindre : enfants, familles, amis,… Ils sont nombreux à avoir cédé à la fièvre de l’Ommegang.

Loin des fastes de Charles Quint et sa cour installés sur la Grand Place, le bon peuple patiente dans le Parc Royal.

Cap sur la Grand Place

Précédé de quelques ménestrels, le bon peuple se met en route. Sur l’itinéraire, il s’amuse et amuse le public de plus en plus nombreux au fil du cortège.

Du Parc Royal à la Rue du Lombard, en passant par le Sablon, l’église de la Madeleine et la Bourse, la rencontre avec Charles Quint est de plus en plus proche.

Apothéose impériale

Sur la Grand Place, l’Empereur profite du spectacle. Tapi dans l’obscurité du porche de l’hôtel de ville, le bon peuple attend son heure de gloire. Une fois le signal donné, les 140 figurants du groupe battent le pavé. Charrettes de fleurs et quartiers de tartes à l’appui, la fête breughelienne est définitivement lancée. Les géants, les marionnettes de Toone et les animaux imaginaires se joignent rapidement au spectacle.

La fête bat alors son plein pour ne s’arrêter que bien plus tard. Et jeudi, ils remettent ça !

Avez-vous apprécié cet article?

Partagez-le

Chargement de l'article suivant ......

Newsletter

Chaque semaine, du nouveau contenu dans votre boîte mail

Newsletter

Découvrez plus de 12 000 adresses et événements

Profitez de toutes les sections de BrusselsLife.be et découvrez plus de 12 000 adresses et un grand choix d'événements, d'informations et de conseils et astuces de notre écriture.

Brusselslife.be
Avenue Louise, 500 -1050 Ixelles, Brussels,
02/538.51.49.
TVA 0472.281.221

Copyright 2022 © Brusselslife.be Tous droits réservés. Le contenu et les images utilisés sur ce site sont protégés par le droit d'auteur. la propriétaires respectifs.

www.brusselsLife.be/[email protected]