TOP

SORTIE CINÉ « De Gaulle » pour refaire son cinéma

Brusselslife Rédaction . Cinéma

29 Jun 2020, 10:06 Last Updated: 01 Jul 2020, 11:07

Quatre mois, c’est long. Et nombre de cinéphiles attendent ce mercredi 1er juillet avec impatience. On sait toutefois que la période estivale n’est pas vraiment celle de la ruée dans les salles obscures. Mais vu qu’on ne partira peut-être pas en vacances hors du pays, pourquoi ne pas se « faire une toile » dans le confort de la « clim » et en toute sécurité vu les mesures imposées. Réservez donc vos places et… allez-y !

L’épopée du « Général Micro »

Pour cette reprise, on annonce des retours immédiats de films déjà en exploitation juste avant de confinement, et des nouveautés, dont celle prévues durant celui-ci. C’est le cas du « De Gaulle » de Gabriel Le Bomin, biopic dont la sortie aura raté de peu le 80ème anniversaire de l’appel du 18 juin. Avec plusieurs documentaires et deux fictions consacrées respectivement aux oubliés de la Grande Guerre (« Les fragments d’Antonin ») et à l’histoire d’un grand résistant de couleur (« Nos patriotes »), l’auteur est un… grand féru d’histoire et on sent la passion d’un bout à l’autre dans ce portrait du « Grand Charles » qu’on a aussi surnommé « Général Micro » eu égard à ses « billets londoniens » qui en firent en quelque sorte le « Churchill français ».

© Alain Guizard – Vertigo productions

Une armée géante aux pieds d’argile

Il y a deux choses essentielles à retenir de « De Gaulle » : la synthèse historique qui remet en contexte cette période de mai-juin 40 qui mit à genou « la plus grande armée du monde » et la personnalité… romantique d’un héros immense qui avait aussi une vie familiale comptant bien plus qu’on ne l’aurait imaginé. Dans les deux situations, le récit est passionnant et c’est là l’essentiel. Il n’est donc pas interdit d’établir un parallèle avec « Le discours d’un roi » sorti voici tout juste 10 ans avec le succès que l’on sait.

© Alain Guizard – Vertigo productions

Du belge et même du bruxellois !

Si Lambert Wilson était littéralement taillé pour incarner le plus grand héros de la France du 20ème siècle, on ne s’attendait pas à voir Isabelle Carré jouer son Yvonne si chérie et choyée. La « Marie Heurtin », héroïne des « Emotifs anonymes » et « Entre ses mains » où elle donnait la réplique à Benoît Poelvoorde, active une fois de plus la corde sensible avec un charme unique. Il y a aussi du belge dans « De Gaulle ». Olivier Gourmet est comme toujours imposant, cette fois dans le rôle de Paul Reynaud, le Président du Conseil saboté par le Maréchal Pétain. Quant au Général Maxime Weygand, complice de ce dernier, il était bel et bien… Bruxellois de naissance… anonyme. On a longtemps soutenu qu’il était l’un des enfants illégitime de Léopold II,et plus probablement celui d’un général de… l’Armée belge et de l’impératrice Charlotte du Mexique, la fille unique de… Léopold Ier.

De Gaulle (Lambert Wilson) avec sa « petite femme chérie » Yvonne (Isabelle Carré) © Alain Guizard – Vertigo productions

Sorties culturelles Sorties & Loisirs