La Belgique à l'Eurovision

Écrit par Frédéric Solvel - 21 mai 2012, 00:00 (Mis à jour: 12 janv. 2022, 04:50)
La Belgique à l'Eurovision
Avec le retour du printemps, les oiseaux chantent et le concours Eurovision de la Chanson pointe le bout de son nez. L'occasion de revenir sur les participations belges marquantes et l'organisation du concours à Bruxelles...

L'Eurovision c'est avant tout l'indicatif tellement caractéristique tout droit tiré du Te Deum de Marc-Antoine Charpentier. Prélude à un déferlement de morceaux de tous genres...

J'aime la vie

A tout seigneur, tout honneur. En 1986, à Bergen, la Belgique inscrivait son nom pour la première et unique fois à la première place du concours. Une mélodie restée gravée dans l'imaginaire belge: J'aime la vie de Sandra Kim. Ne lui en veuillez pas, elle est née comme ça...

 

Le concours à Bruxelles

La victoire de Sandra Kim "offre" à la Belgique l'organisation de la prochaine édition de l'Eurovision. La RTBF relève le défi haut la main et innove en ayant pour la première fois recours à des sponsors privés pour l'organisation du concours. Le 9 mai 1987, au palais 7 du Heysel, l'Irlande représentée par Johnny Logan et son Hold Me Now remporta l'Eurovision devant 600 millions de téléspectateurs et en présence du futur roi Albert. 

Plastic Bertrand, l'homme qui plâne, représentait lui le Luxembourg à Bruxelles avec Amour, amour.

 

Quelques places d'honneur

En 1978 et en 2003, nous avons échoué à la deuxième place du podium. En 78, le Verviétois Jean Vallée affirmait haut et fort que L'Amour ça fait chanter la vie et ne trouvait qu'Israël pour récolter plus de suffrages que lui. Vingt-cinq plus tard, Urban Trad rate de peu la victoire avec Sanomi... Le succès de Sanomi? Probablement la langue imaginaire dans laquelle elle était interprétée. Un compromis à la belge, un charme pour l'Eurovision! A ré-écouter sans modération.

 

Des coups de coeur

Et puis, il y a ces morceaux qu'on a oubliés et que l'on ré-écoute chaque année à la même époque avec une pointe de plaisir et de mélancolie... Il y a eu La voix est libre (1995) de Frédéric Etherlinck, Judy & Cie (1976) de Pierre Rapsat ou Un peu de poivre, un peu de sel (1966) de Tonia. Et puis notre petite favorite, Mélanie Cohl et son Dis Oui qui ont fini à la sixième place en 1998 à Birmingham. Cette Tournaisienne se distingua en remportant l'émission Pour la Gloire en 1997, un The Voice avant l'heure déjà produit par la RTBF.

 

 

Belgium, one point

La Belgique a aussi connu quelques beaux plantages lors du concours qui nous ont valu quelques dernières places... Nous avons ainsi terminé à huit reprises à la dernière place et collectionné les positions en bas de classement. Depuis l'instauration des éliminatoires en 2004, nous n'avons participé que 3 fois à la grande finale du samedi soir. En 2004 avec Xandee (1 Life) qui était qualifié d'office et en 2010 avec Tom Dice (Me and My Guitar). Et l'année dernière avec Roberto Bellarosa et son Love Kills

 

Millésime 2014

Cette année, ce sont les flamands qui avaient la lourde tâche de sélectionner notre représentant. Ils nous tout misé sur un wallon, Axel Hirsou et son Mother. A suivre en demi-finale ce mardi soir... 

Avez-vous apprécié cet article?

Partagez-le

Chargement de l'article suivant ......

Newsletter

Chaque semaine, du nouveau contenu dans votre boîte mail

Newsletter

Découvrez plus de 12 000 adresses et événements

Profitez de toutes les sections de BrusselsLife.be et découvrez plus de 12 000 adresses et un grand choix d'événements, d'informations et de conseils et astuces de notre écriture.

Brusselslife.be
Avenue Louise, 500 -1050 Ixelles, Brussels,
02/538.51.49.
TVA 0472.281.221

Copyright 2022 © Brusselslife.be Tous droits réservés. Le contenu et les images utilisés sur ce site sont protégés par le droit d'auteur. la propriétaires respectifs.

www.brusselsLife.be/[email protected]