Les « Diables » de retour dans le futur « stade de la sagesse »

Après l’affreux « couac » du match de Ligue des Nations en Suisse, notre équipe nationale a retrouvé le bon vieux stade Roi Baudouin !

Créé le 21/03/2019 - Dernière mise à jour le 26/03/2019

Double évènement le jeudi 21 mars au Heysel, avec le retour à la compétition pour nos « Bronzés » de la dernière Coupe du monde et figurant logiquement parmi les favoris du championnat d’Europe des Nations. Si le contexte de ce match d’ouverture des éliminatoires face à la Russie n’était pas des plus favorable étant donné l’absence certaine d’une demi-douzaine de titulaires (nous avons quand même triomphé avec panache de la "Sbornaïa" : 3 - 1), la symbolique d’un nouveau départ est évidente après l’annonce conjointe de l’Union belge de Football et la Fédération belge d’Athlétisme en faveur d’une rénovation du bon vieux « Stade du Centenaire ».

Le « Stade du Centenaire » …

C’est en effet pour célébrer le centième anniversaire du royaume que la Ville de Bruxelles hérite, dès 1926, des terrains proches du palais royal de Laeken et qui appartenaient à Léopold II. Le Stade du Centenaire est inauguré le 23 août 1930 par une épreuve de cyclisme car sa fonction est déjà « polyvalente ». Il peut alors accueillir 70.000 spectateurs, debouts pour la plupart. Les matches de l’équipe nationale de football s’y déroulent désormais.

… rebaptisé « Stade Roi Baudouin »

Pourvu d’une piste d’athlétisme en 1971 et rebaptisé Stade du Heysel, il fait l’objet d’une nouvelle rénovation au lendemain du drame de 1985, en prévision de l’Euro 2000. Toutes les places sont désormais assises, et l’antre est dès lors limité à 45.000 unités. On néglige (hélas !) le volet « business », de sorte qu’alors que le football devient de plus en plus une affaire de « gros sous », la bâtisse s’avère obsolète, faute d’espaces de convivialité..

Question de bon sens et de patrimoine

On connaît la suite. Le projet mégalo d’un nouveau stade de 60.000 places sur un proche terrain appartenant à la Ville de Bruxelles mais situé en région flamande se heurte à toutes les sensibilités administratives et culturelles typiques à la Belgique, et tombe à l’eau. Et d’en revenir – enfin – à la solution de la sagesse, soit rénover le Stade Roi Baudouin et de rester dans la capitale. Une évidence sur le plan historique et patrimonial, pour « sauver » conjointement 40.000 places et… le Mémorial Van Damme. Budget « plancher » estimé à 150 millions. La balle est dans le camp des différentes autorités. Football et athlétisme, même combat ? On l’avait trop vite oubliée, notre devise… nationale affirmant que… « L’union fait la force » …

D.H.