TOP
Advertisement

Tel 53% des ménages Ne pas avoir de voiture quand on habite Bruxelles?

Brusselslife Rédaction . Découvrir Bruxelles

24 Jun 2021, 10:06 Last Updated: 05 Jul 2021, 11:07

Utiliser un autre moyen de transport que la voiture est un choix qu'un bruxellois sur deux est prêt à faire.

Ne pas avoir de voiture quand on habite Bruxelles?
Ne pas avoir de voiture quand on habite Bruxelles?

Habiter en ville représente différentes réalités qui dépendent généralement de l'endroit précis d'où on vit. Par exemple, si l'habitation est excentrée, un ménage aura plus tendance à penser à acheter un voiture pour ne pas devoir chercher d'autres solutions et gagner du temps. Ce raisonnement tend pourtant à disparaître. En effet, au fil du temps, de plus en plus de ménages Bruxellois vivent sans voiture et cela... leur va très bien! Quelques 53% des ménages de Bruxelles se passent d'une voiture (IBSA) et c'est Dame Nature qui les en remercie.

Brusselslife vous propose un petit résumé des raisons qui poussent un ménage sur deux à ne pas acheter de voiture :

1. Faire des économies

En effet, posséder un véhicule motorisé à 4 roues coûte cher. L'achat, l'entretien, les taxes, les réparations, l'essence, ... Autant de frais dont on préfère se passer si possible. Évidemment, si le lieu de travail est à l'extérieur de Bruxelles et ne permet pas d'y accéder en train, la voiture est souvent inévitable bien que des alternatives existent. 

2. Se soustraire aux désagréments de l'automobile

Si vous avez déjà roulé en voiture dans Bruxelles, vous voyez tout de suite où on veut en venir : Trouver une place de parking à Bruxelles, être coincé dans les embouteillages tous les jours aux heures de pointe, supporter les mauvais automobilistes sur le trajet, faire attention aux deux roues de plus en plus nombreux, savoir où se trouvent les sens uniques et les travaux, ... En espérant ne pas se faire voler sa voiture ou la retrouver dégradée par un malandrin au petit matin en partant travailler. Tant de raisons qui suffisent déjà à remettre en question le bien fondé de la voiture dans Bruxelles.

3. Les alternatives sont nombreuses et en pleine expansion

Pour les habitants de Bruxelles qui y travaillent également, les solutions sont multiples et souvent compétitives par rapport à l'automobile. Le bus, le tram, le métro et le train forment déjà le groupes des transports en commun utilisés par une grande partie de la population bruxelloise. Le réseau est bien desservi et les moyens de transports passent fréquemment à tous les arrêts. Bien entendu, les transports en commun ont eux aussi leurs défauts qui sont souvent mis en avant par les automobilistes (confort, insécurité, propreté...). Outre l'offre publique, il existe à présent une offre de moyens de locomotion en libre service : les Villo!, Jump, Lime, Dott et j'en passe, peuplent maintenant nos rues. La pratique des trottinettes et des vélos électriques s'est popularisée et cette offre complète maintenant l'offre des transports en commun. Des mobylettes et des voitures partagées sont disponibles ainsi que les taxis du réseau bruxellois pour pouvoir profiter du réseau routier sans forcément investir dans une voiture.

4. Le raisonnement écologique et de santé publique

Rouler en voiture, ça pollue. C'est comme ça, on ne sait rien y faire! Dépolluer l'air de Bruxelles est une des missions du pouvoir public, de nombreuses initiatives ont vu le jour pour arriver, à terme, à vider le centre-ville des nombreuses voitures qui l'encombrent. Le Boulevard Anspach s'est transformé en piétonnier, des pistes cyclables courent le long de la petite ceinture, des subsides sont octroyés aux particuliers et entreprises investissant dans des vélos-cargo... Le marché automobile se réinvente avec les modèles hybrides et full electric, destinés à faire disparaître les odeurs de gazoil qui parfumaient autrefois même la Grand Place. Les autorités procèdent également à un tri parmi les voitures autorisées à circuler dans Bruxelles, celles ne correspondant pas à un degré assez faible de pollution sont exclues de la ville et, par conséquent, pénalisées par de lourdes amendes si elles y entrent. Les systèmes de ralentissement et les zones à vitesse réduite participent également à réduire la consommation des véhicules à l'intérieur de la ville. Le mieux reste encore de se déplacer à vélo ou à pied, c'est comme ça que l'on profite vraiment de la beauté qui nous entoure!

 

Découvrir Bruxelles