TOP

ICI C'EST BRUXELLES Paris, c’est Bruxelles : la preuve !

Frédéric Solvel. Découvrir Bruxelles

21 Jun 2021, 00:06 Last Updated: 21 Jun 2021, 10:06

Trois cents vingt kilomètres, 4 heures de voiture, 100 minutes de train : Paris c’est la porte à côté ! Les capitales française et belge partagent bien plus qu’une rivière homonyme. Itinéraire en bord de Seine sur les traces de la Senne...

Paris, c’est Bruxelles : la preuve !
Paris, c’est Bruxelles : la preuve !

En descendant du Thalys à la gare parisienne du nord, une pause s’impose. Il suffit de quitter les bâtiments de la SNCF, traverser la rue et s’installer "Au rendez-vous des belges". Cette enseigne où se côtoient habitués et touristes propose un large choix de bières belges à la pression ou en bouteilles. Et pour encadrer les pompes, deux Manneken-Pis tout en or!

 

Place à la visite

Une fois ragaillardi, la visite peut commencer. Impossible de ne pas passer par le Musée Grévin et ses statues de cire. A l’entrée c’est le maestro qui vous accueille. Plus loin, Amélie Nothomb et Marguerite Yourcenar sont installées dans un café littéraire. L'écrivaine au roman annuel converse avec Jean d'Ormesson sous le regard de Gérard Jugnot.

 

A la sortie, on saute dans le métro direction la Tour Eiffel. Ce métro qui n’aurait jamais vu le jour sans un Bruxellois ! Le baron Édouard Louis Joseph Empain. Sur ordre de la ville de Paris, il va construire et exploiter le métro de la capitale française jusqu’en 1945 avant de céder sa place à la RATP.

Par Auteur inconnu — http://www.wallonie-en-ligne.net/1995_Cent_Wallons/Empain_Edouard.htm, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=3080076

Dieu soit loué, aucune station de métro au nom de Bruxelles. Déjà que la prononciation d’Anvers est estropiée, on préfère ne pas imaginer le [Brukselle] qui nous serait servi. Au fait, en descendant à [Envers], vous serez au pied du Sacré-Cœur.

 

Tour Eiffel

Face à la dame de fer et ses 324 mètres, notre atome du même métal et ses 102 mètres fait pâle figure. Pour se consoler le Bruxellois en goguette pourra toujours faire une pause au premier étage pour un petit en cas. Oh bonheur! Oh joie! Parmi les rares sucreries proposées on trouve des gaufres de Bruxelles !

 

Des champs et un moulin

En remontant les Champs, on s’impatiente d’atteindre l’Arc de Triomphe pour partir à la recherche des noms des quelques belges qui y sont gravés pour l’éternité. Parmi eux, un certain Jean-Baptiste Dumont, bruxellois d’origine et général de l’armée française.

Plus tard dans la soirée, on pourra aussi suivre la rue de Bruxelles pour être certain d’atterrir au Moulin Rouge. Allez enfants de la Patrie, les Bruxellois sont arrivés !

Blog Visites & Découvertes Soirées Découvrir Bruxelles