Qui ? Haemers et sa bande !

Il y a 25 ans jour pour jour, le 12 février 1989, la saga de l’enlèvement de l’ancien premier ministre Vanden Boeynants prenait fin. Quelques jours plus tard, Brussels Sound Revolution défraie la chronique avec son 45 tours "Qui".

Créé le 07/02/2014 - Dernière mise à jour le 24/07/2015

Le 14 janvier 1989, Paul Vanden Boeynants est kidnappé dans le garage de sa maison avenue Roosevelt. Pendant que l’ancien premier ministre est détenu par la bande de Patrick Haemers dans une villa du Touquet, la Belgique entière vit au rythme des derniers développements de l’affaire. Ce n’est qu’un mois plus tard que VDB sera libéré moyennant le paiement d’une rançon estimée à 63 millions de francs belges (1,5 millions d’Euros). Le 12 février, VDB est à nouveau libre!

Lors de la conférence de presse qui suit sa libération, VDB, fidèle à lui-même, n’est pas avare de bons mots. Son éloquence captive l’auditoire… Il n’en faut pas plus pour inspirer un sorcier du son, Paul Delnoy, qui va mettre en musique les déclarations du crocodile et harmoniser le tout à la sauce new beat. D’abord pour le plaisir avant que Jack Mauer ne lui rachète les droits…

VVV VVV VVV VDB, VVV VVV VVV VDB, VDB, tu ne vas pas crever!

Le 45 tours, commercialisé en mars de la même année sous le nom de BSR (Brussels Sound Revolution), et le titre de "Qui" s’écoule à plus de 50.000 exemplaires. Vanden Boeynants, informé du business, réclame sa part du gâteau et la reverse à des œuvres bruxelloises.

Absente du morceau de BSR, l’expression trop is te veel est également une invention du bouillonnant VDB qui n’hésitait jamais à teinter son français et son néerlandais d’une touche de zwanze toute bruxelloise. Il repose aujourd’hui au cimetière de Bruxelles.