TOP

Rimbaud et Verlaine, le drame de Bruxelles

Olivia Regout.

20 Oct 2014, 15:10 Last Updated: 20 Oct 2014, 16:10

Le 10 juillet 1873, au numéro 1 de la rue des Brasseurs, se joue le fait-divers le plus célèbre de la littérature. Verlaine tire sur Rimbaud dans une petite chambre d’hôtel à quelques pas de la Grand-Place. L’histoire passionnelle des deux grands poètes s’achève brusquement. L’un est blessé au poignet. L’autre est écroué.

Paul Verlaine et Arthur Rimbaud sont deux auteurs incontournables de la poésie française. S’ils sont connus pour leurs œuvres, ils le sont tout autant pour la relation sulfureuse qui les lia durant presque trois ans.

La rencontre de Verlaine et Rimbaud

Lorsque Verlaine rencontre Rimbaud, le premier est marié à Mathilde et le second n’a que 17 ans. Les deux hommes vivent leur idylle à travers des missives enflammées. Ils s’échangent de nombreuses lettres jusqu’à ce jour de 1871 où ils décident de s’enfuir ensemble. Ils vivent une relation houleuse en Angleterre durant de longs mois avant d’atterrir à Bruxelles en juillet 1873.

Malheureusement, Verlaine et Rimbaud vivent une histoire compliquée. La situation est de plus en plus tendue. A la veille du drame, rien ne va plus. Au terme d’une énième dispute, Arthur Rimbaud annonce à son compagnon qu’il désire mettre fin à leur liaison et rejoindre Paris.

Drame rue des brasseurs

Au petit matin du 10 juillet 1873, Paul Verlaine se rend aux Galeries Saint-Hubert chez l’armurier Montigny où il se procure un pistolet de sept millimètres à six coups. Il passe le restant de la matinée à écumer les bistrots du centre de Bruxelles. Lorsqu’il rejoint sa chambre d’hôtel à midi, il est dans un état d’ivresse avancé et perd le contrôle. Désespéré, il tire sur son compagnon à deux reprises.

Rimbaud est touché au poignet. Les deux poètes se rendent ensemble à l’hôpital Saint Jean mais Verlaine ne cesse d’être menaçant. Son amant est obligé de le dénoncer aux autorités bruxelloises.

Le jugement

Incarcéré dans un premier temps à la prison d’Amigo, il est ensuite transféré à la prison des Petits Carmes non loin du Sablon. La justice s’empare de l’affaire. Une enquête de moralité est menée contre ce poète aux mœurs scandaleuses pour l’époque. La sanction tombe. Paul Verlaine sera écroué pendant deux ans à Mons. Pour l’époque, la peine est lourde. Si la tentative d’assassinat est au cœur du jugement c’est surtout la relation homosexuelle qui est clouée au pilori.

Une plaque commémorative

Si vous passez à hauteur du numéro 1 de la rue des brasseurs, arrêtez-vous quelques instants. Une plaque commémorative rappelle à tous les badauds ce qui s’est passé le 10 juillet 1873 dans une petite chambre de l’hôtel « A la Ville de Courtrai », lorsque Verlaine tira sur son amant Rimbaud…

Blog Librairie Théâtres Soirées