Top 10 des noms de rue improbables à Bruxelles

A côté des rues affublées d’un nom de célébrités, de localités, d’animaux ou de rivières, d'autres recèlent de mystères qui prêtent parfois à sourire.

Créé le 16/04/2015 - Dernière mise à jour le 04/01/2018

Les quartiers à thème peuvent donner des situations loufoques. C’est ainsi que la Molignée devient un affluent de l’Amblève à Auderghem et que du côté d’Uccle, la rue du Coq croise celle du Poussin. Mais, parfois, le nom des rues se suffit à lui-même pour susciter la curiosité…

10) Quai et rue d’Aa

On pense d’abord à une blague, pour être certain de figurer en première place de tous les index alphabétiques des rues. Que nenni ! Les cruciverbistes connaissent très bien l'Aa sous sa définition habituelle : premier fleuve de France. Ils connaissent par contre moins l'île d’Aa formée par d'anciens bras de la Senne.

9) Chair et Pain

Quand il fallut tracer une rue entre la Maison du Roi (Broodhuis-Maison du pain en néerlandais) et la Grande Boucherie du Marché aux Herbes, on ne se creusa pas la tête longtemps pour lui trouver un nom : Chair et Pain ferait très bien l’affaire.

L'histoire ne pouvait s’arrêter là. Ceci n’est pas la véritable rue Chair et Pain puisqu'au moment de remplacer les écriteaux à la fin des années 1700, les ouvriers ont inversé les plaques. Le nom de Chair et Pain a été donné à l’ancienne rue du Poivre… 

8) Rue Héger-Bordet

Une seule rue pour deux hommes ! Malheureusement, nul n’est prophète en son pays. Paul Héger et Jules Bordet en font les frais en se partageant une rue coincée entre la Porte de Halle et le Palais de Justice. C’est encore plus vrai pour Jules Bordet, Prix Nobel de Médecine en 1919 pour ses découvertes relatives à l’immunité, qui dans son fief natal de Soignies n’a même pas vu son nom intégré à la voirie !

Paul Héger, pionnier de la chirurgie expérimentale, a eu plus de chance. Il peut jouir en plus d’une autre rue... Que disons-nous: d’une avenue, qui lui est entièrement dédiée sur le campus du Solbosch.

7) Rue des Six Jeunes Hommes

Si les deux lascars du dessus se partagent une rue, que dire de ces six jeunes hommes? Que c’étaient de joyeux drilles plein de zwanze qui jouaient des tours au tout Bruxelles et qui habitaient la dite rue. Leur blague de trop leur coûta la vie et ils furent pendus le 6 juin 1568 au Petit-Sablon. Enfin c’est ce que raconte la légende…

6) Rue d’Une Personne

Dans la rue des Bouchers, entre deux étals de poissons dignes d’Ordralphabétix, à la hauteur du numéro 31, on peut encore apercevoir l’entrée de la rue d’Une Personne. Aujourd’hui condamnée, elle rejoignait autrefois la rue Saint-Hubert qui elle aussi a disparu au profit des galeries.

C’est un pari lancé par le Prince de Ligne qui donna le nom à la rue. Il prétendait pouvoir emprunter cette voie étroite avec son traîneau. A l’entrée de la rue, il mit son cheval au pas et rétrécit la largeur de son traîneau à l’aide d’un mécanisme que n’aurait pas renié le Génie de Turk et de Groot. On parla dès lors de la ruelle où l’on ne pouvait passer qu’un à un, avant de l’officialiser en rue d’Une Personne.

5) Rue Notre-Dame-du-Sommeil

On connaissait la rue de la Vierge Noire, le parvis Notre-Dame et même la drève de Bonne-Odeur, on découvre une vierge endormie. En fouillant dans les croyances locales, on trouve les traces au XVIIème siècle d’une chapelle dédiée à la vierge où nos aïeux souffrant d’insomnies venaient en pèlerinage. CQFD. Vous nous croyez si on vous dit que l’impasse du Réveil débouche sur la rue Notre-Damme-du-Sommeil?

 

4) Rue du Nom de Jésus

Alléluia, au bout de cette rue doit se trouver la solution à un des plus grands mystères de la foi. Nous pensions y découvrir le patronyme du fils de Marie et Joseph… Peine perdue, c’est l’usage, la voix du peuple, qui au fil du temps rebaptisa la rue du nom d’une de ses maisons particulières : la Maison du Doux Nom de Jésus. Après tout, ne dit-on pas vox populi, vox dei?

3) Rue du Pont Neuf

Sous le pont Mirabeau coule la Seine selon le poète Apollinaire. À Bruxelles, comme à Paris, la Senne coule sous le Pont Neuf. Seule la longueur du pont varie… Créée en 1617 en même temps que la rue Neuve, avec laquelle elle partage son qualificatif évoquant la nouveauté, cette rue enjambait la Senne qui coulait encore à ciel ouvert.

2) Impasse de la Fidélité

Peu après l’indépendance belge, un certain Gendebien rachète quelques maisons du quartier pour les remplacer par une belle demeure. La ruelle du Bouc Emissaire qui reliait alors la rue des Bouchers à la rue de l’Ecuyer est condamnée et on assiste à la naissance de l’impasse de la Fidélité. Ironie du sort, 150 ans plus tard, le fond de l’impasse accueillit une statue d’une jeune fille dévoilant son intimité : Jeanneke-Pis.

1) Rue de la Belle au Bois Dormant

Coup de cœur pour cette rue molenbeekoise, même si le château de Disney ne se trouve pas au bout. Les jeunes filles qui y habitent doivent sans doute rêver chaque nuit qu’un jour, leurs princes viendront et les emmèneront dans le Scheutbos enchanté voisin. A moins qu'ils ne préfèrent galoper jusqu'à Schaerbeek et sa rue Fontaine d'Amour...

Bonus: humour noir

A Woluwe-Saint-Lambert, les urbanistes ont réussi à résumer la vie du troisième roi des Belges en quelques rues. Du côté de Gribaumont, l'avenue du Couronnement croise son homologue du Roi Chevalier avant de changer de nom et de devenir la rue de la Roche Fatale qui croise à son tour son équivalent de la Bonne Reine. Un résumé de la vie d'Albert Ier, souvent représenté à cheval et décédé sur les rochers de Marche-les-Dames. Clin d'oeil à Elisabeth, la bonne reine, infirmière dévouée et mélomane reconnue.