Trente ans plus tard, Béjart est de retour à Bruxelles avec le Béjart Ballet Lausanne

Béjart était un amoureux de Bruxelles, où il a d’ailleurs créé sa plus célèbre chorégraphie. Pendant 3 jours, il sera de retour dans la capitale.

Créé le 16/05/2018 - Dernière mise à jour le 17/05/2018

Un bout d’histoire

Né à Marseille en 1927 et décédé à Lausanne en 2007, Maurice Béjart était un danseur et chorégraphe français. Dès l’âge de 14 ans, Béjart se consacre entièrement à la danse. Après s’être formé à l’Opéra de Marseille puis à celui de Paris, il crée son premier ballet en 1951. Deux ans plus tard, il fonde sa première compagnie, « Les Ballets de l’Étoile », et souhaite s’installer dans un théâtre. Ne bénéficiant pas de l’aide de l’État français, le chorégraphe quitte la France pour s’établir à Bruxelles.
 

Les 27 années de Béjart à Bruxelles

A son arrivée à Bruxelles, en 1959, Béjart est sollicité par le Théâtre Royal de la Monnaie afin de créer une chorégraphie : Le Sacre du printemps, qui fut sa plus célèbre. En 1960, toujours en collaboration avec le Théâtre Royal de la Monnaie, il fonde « Ballet du XXe siècle », une compagnie avec laquelle il parcourut le monde entier. De 1970 à 1988, il est à la tête de l’École Mudra où il y enseigne sa philosophie du ballet moderne. En 1987, sa collaboration avec le Théâtre Royal de la Monnaie prend fin. N’ayant plus suffisamment de soutien, Béjart  et sa compagnie quittent la Belgique. En 1988, Baudouin Ier rend hommage à la réussite belge du chorégraphe.
 

La Maison Béjart

Depuis 2008, la maison dans laquelle Béjart vivait à Bruxelles est dédiée à sa mémoire et à son œuvre. Située rue de la Fourche, à quelques mètres du Théâtre de la Monnaie, La Maison Béjart abrite « Béjart Parcours Libre », une exposition permanente qui permet aux visiteurs de découvrir la vie du chorégraphe, notamment à travers des documents concernant ses ballets.
 

Béjart est de retour à Bruxelles

Après avoir quitté Bruxelles, Béjart s’installe en Suisse, et plus précisément à Lausanne,  où il fonde une nouvelle compagnie, le « Béjart Ballet Lausanne ». Après le décès du chorégraphe en 2007, la compagnie a été reprise par Gil Roman, l’un des principaux danseurs. Ce weekend, la compagnie réinterprétera le Boléro à Forest National, en deuxième partie de « t ‘M et variations…  », une œuvre conçue à l’occasion des 30 ans du Béjart Ballet Lausanne.


Crédit photo: t ‘M et variations… © BBL – Gregory Batardon