TOP

CINÉMA WaHFF : vive le cinéma historique

Marina Nys. Cinéma

12 Oct 2020, 17:10 Last Updated: 12 Oct 2020, 17:10

Le Waterloo Historical Film Festival ouvre ses portes au cinéma Wellington ce jeudi 15 octobre avec une belle affiche de « biopics ».

WaHFF : vive le cinéma historique
WaHFF : vive le cinéma historique

Le cinéma historique a toujours eu la cote, et pour le grand public friand de qualité, il représente l’une des meilleures alternatives aux grosses productions de l’« Heroic Fantasy ». Le rendez-vous brabançon est annuel depuis 2013, et la pandémie n’a pas découragé les organisateurs de cette huitième édition, laquelle accueille une vingtaine de titres, dont certains en compétition devant un jury présidé par le documentariste Henri de Gerlache.

En ouverture, une « Lettre à Franco »

Le moins qu’on puisse dire est que ce millésime 2020 démarre en fanfare avec le dernier film d’Alejandro Amenabar, l’auteur chilien des « Tesis », « Ouvre les yeux », « Les autres » et « Mar Adentro » totalisant 28 Goyas, et aussi l’Oscar et le Golden Globe réunis du meilleur film étranger. Cette fois, dans « While at War » (« Lettre à Franco »), le natif de Santiago se penche sur la Guerre civile d’Espagne via le destin du philosophe et poète Miguel de Unamuno, victime d’un conflit où il ne reconnaissait plus son pays. Une œuvre tout en finesse, et dont une scène de dialogue avec le général franquiste Mola remet en une réplique le vrai contexte d’un conflit dont on raconte aujourd’hui un peu n’importe quoi.

Les exactions de l’Axe

Les exactions de l’Allemagne nazie et des ses alliés prennent une part importante dans la programmation avec plusieurs films, dont « The Diary of Diana B » de la Croate Dana Budisalvljevic, relatant le combat de la Diana du même patronyme durant le conflit, dont on n’imagine plus à quelque point il fut meurtrier en ex-Yougoslavie, où le régime des Oustachis fit périr dans les souffrances les plus sadiques plus d’un million de Serbes orthodoxes. Cette infirmière autrichienne réussit à sauver du massacre plus de 10.000 femmes et enfants destinés à l’extermination ! Le documentaire « La mort en face » relate, lui, le pogrom d’Iasi en Roumanie (le massacre collectif de 15.000 Juifs avant même le début de la Solution finale). « Those Who Remained » retrace la quête d’une adolescente et d’un médecin hongrois à la recherche de leurs disparus. Et, enfin, « Je ne rêve que de vous » de Laurent Heynemann rappelle la déportation de Léon Blum incarné par Hyppolite Giradot, avec aussi ElsaZilberstein et notre Emilie Dequenne.

La « Guerre du courant »

Egalement dans cette riche programmation, « Born A King » de l’Espagnol Augusti Villaronga (consacré à la jeunesses du Prince Fayçal d’Arabie confronté aux Churchill, George V et, bien sûr, Lawrence !), « Summerland » de Jessica Swale (sorte d’ « Eté 42 » en Angleterre, avec la lumineuse Gemma Arterton et le vétéran Tom Courtenay), et une « Current War » plus pacifique et littéralement éclairante sur la rivalité qui opposa Thomas Edison et George Westinghouse incarnés par Benedict Cumberbach et Michael Shannon.
 

Cinéma Art & histoire Histoire