TOP

LES GRANDS DE LA BD BELGE Bob de Moor, homme de l’ombre et bras droit d’Hergé

Bob de Moor, homme de l’ombre et bras droit d’Hergé

Au royaume de la BD, il est un dessinateur oublié qui mérite pourtant qu’on lui dédie un article. Talentueuse figure du 9e art, Bob de Moor a mis une bonne partie de sa carrière entre parenthèses pour travailler au service d’Hergé. Hommage.

Né le 20 décembre 1925 à Anvers, Bob de Moor trace ses premières esquisses à l’âge de 4 ans. Lors de promenades le long du port d’Anvers, son imaginaire s’emplit de bateaux qui le fascinent et l’inspirent. Il suit une formation technique à l’Académie royale des Beaux-Arts d’Anvers. Très vite, son coup de crayon se singularise et fait de lui l’un des précurseurs de la ligne claire dont Hergé est l’une des figures de proue. A l’aube des années '50, le jeune dessinateur migre vers la capitale où il est invité à rejoindre les Studios Hergé.

L’ère Tintin

Des années 50 à 70, Bob de Moor s’investit pleinement dans sa collaboration avec Hergé. Il participe à l’élaboration de plusieurs albums des aventures du reporter. Son rôle ? Il est chargé des repérages, des croquis préparatoires mais surtout des décors. Il sera également l’auteur des dessins secondaires destinés aux produits dérivés de Tintin et ses amis.

 

Les albums de Tintin marqués par l’empreinte de Bob de Moor

Parmi les albums auxquels de Moor a largement collaboré, figure « On a marché sur la lune » en 1953. Le dessinateur prend en charge la création d’une grosse partie des décors. C’est à lui que l’on doit les paysages lunaires fantastiques qui servent de toile de fond à l’histoire.

On a marché sur la Lune

Trois ans plus tard, Hergé et Bob de Moor embarquent ensemble sur le cargo « Reine Astrid » à la recherche d’inspiration pour un nouvel album en préparation : « Coke en Stock ». Lors de la traversée, ils dessineront de nombreux croquis qui serviront ensuite à élaborer les décors.

La collaboration entre les deux hommes ne cessera de se renforcer jusqu’à l’album « Tintin et les Picaros » dans lequel la touche « de Moor » sera perceptible jusque dans les personnages secondaires…
 

Fresque Tintin signée de Moor

Après la mort d’Hergé, Bob de Moor continue à faire vivre le célèbre reporter à la mèche. Il supervisera, aux côtés des Studios Hergé, la réalisation de l’immense fresque Tintin dans la station de métro Stockel. L’œuvre est longue de deux fois 135 mètres. Elle est animée par 140 personnages sortis tout droit des 22 albums.

brussels, belgium

Ses propres œuvres

Outre son activité pour les Studios Hergé, Bob de Moor a également travaillé pour lui. Lors de sa carrière, il a élaboré deux bandes dessinées remarquables. Barelli, la première série, compte huit albums. Elle raconte les aventures d’un comédien entraîné malgré lui dans des enquêtes épiques.

La seconde série s’intitule Cori le Moussaillon et se décline en 5 tomes. Elle plonge les lecteurs dans l’histoire de Cori, agent secret de la reine d’Angleterre au 16e siècle. Cette bande dessinée est également immortalisée dans le cadre du parcours BD de Bruxelles.

Cori_le_Mousaillon_002

Bob de Moor et Blake et Mortimer

Tel un caméléon, l’homme parvient encore à adapter son coup de crayon en 1989. A la mort de son grand ami Edgar P. Jacobs, il se penche sur l’œuvre inachevée du dessinateur et termine le dernier album de Blake et Mortimer : « Les 3 Formules du professeur Satō », tome 2.

Bob de Moor, suite et fin

Bob de Moor termine sa vie dans sa maison du Square Coghen à Uccle. Au début des années 90, il est directeur artistique des éditions du Lombard. Il préside également le conseil d'administration du Centre Belge de la Bande Dessinée à la tête duquel il restera jusqu'à sa mort le 26 août 1992.

Il laisse derrière lui un dernier album de Cori le Moussaillon inachevé. Ses fils Johan et Stephan De Moor termineront l’ultime œuvre de leur père en réalisant les six dernières planches de « Dali Capitan ».

Show more
Librairie Visites & Patrimoine Visites & Découvertes Bandes dessinées Livres, magazines, musique et vidéo