TOP

BrusselsLife avec Christian De Coninck

BrusselsLife Team.

05 Jul 2012, 05:07 Last Updated: 21 Jun 2013, 12:06

Christian De Coninck est un bruxellois de toujours. Né à l'hôpital français, il a passé son enfance dans la maison familiale, avenue Broustin à Jette. Mais il adorait flâner dans le centre-ville, du côté de l'avenue Louise ou de la rue Neuve. C'est là que se déroulait sa vie sociale et culturelle.

Pour rien au monde, il n'aurait manqué le cortège de Saint-Nicolas, dans le centre, et le cirque Bouglione à Flagey reste bien ancré dans sa mémoire. Surtout, quand il était au centre-ville, il s'arrangeait toujours pour passer devant le 30, rue Marché au Charbon : c'est là que se trouve, encore aujourd'hui, le commissariat central de la police. Il y avait là "de belles bagnoles de flics", et des policiers l'invitaient de temps en temps. Sa mère lui disait pourtant : "Ne rentre jamais là, parce que si on y entre, c'est qu'on a été méchant!". Et pourtant, à 22 ans, il fait son entrée au 30 rue Marché au Charbon. Après quelques années de bons et loyaux services, il devient commissaire. Aujourd'hui, il est porte-parole de la zone de police Bruxelles-Ixelles, et prend son rôle avec passion et dévouement.

Longue période de congé

Un jour, un accident de la vie lui a imposé de prendre une longue période de congé. Alors, plutôt que de s'ennuyer pendant sa retraite à Coxyde, il s'est mis à écrire. Et cela a donné un roman, paru il y a quelques semaine (De Praagse Connectie, pas encore sorti en français). Le scénario est fidèle à ce à quoi on peut s'attendre de pareil auteur : un commissaire de police de Bruxelles travaille à la recherche locale, et est témoin, alors qu'il est en week-end, d'un crash d'avion à Coxyde. Coïncidence : alors qu'il rentre de week-end, son patron le charge d'inspecter sur le pilote, qui habite la zone de police Bruxelles-Ixelles. C'est le début d'une épopée thriller qui amènera le commissaire héros sur les traces de dangereux bandits, entre Prague et Amsterdam.... Matthieu Lethé

Tof ou pas...

Votre quartier le plus tof à Bruxelles? Le centre-ville, parce que c'est là que tout se passe, mais aussi le Sablon, le quartier Louise ou le parc d'Osseghem.

Si vous deviez faire visiter Bruxelles à un ami étranger, où l'emmèneriez-vous en premier lieu? L'hôtel de ville, sûrement. Et surtout son intérieur, avec les superbes peintures de la Senne à ciel ouvert, et la salle gothique avec ses fresques au plafond. C'est vraiment magnifique !

Qu'est-ce qui est le plus tof, à Bruxelles ? Qu'est-ce qui fait que vous ne déménageriez jamais hors de Bruxelles ? On est près de tout, on n'a pas besoin de voiture, on a tout à portée de main?.

Qu'est-ce qui est vraiment pas tof à Bruxelles ? Qu'est-ce qui vous ferait fuir de Bruxelles ? C'est le revers de la médaille, évidemment. Bruxelles est une grande ville, une métropole. La vie y va vite, le rythme est trop élevé. Il y a trop de bruit. C'est pour cela que régulièrement, j'ai besoin de prendre une bouffée d'oxygène, de ralentir le temps quelques jours dans mon lieu de retraite favori : Coxyde.

Dites-nous si cette idée est tof ou pas tof ?

  • une piscine flottante sur le canal ?C'est une bonne idée. -
  • l'accès payant au centre-ville pour les voitures ? C'est un problème complexe, auquel il est difficile de répondre par oui ou par non. Il y a des pour et des contre, et on ne peut répondre sans avoir réalisé une étude approfondie
  • les restos et bars sans cigarette ? Cela ne me dérangerait pas. En fait, pour les restos, c'est plutôt bien, parce que c'est vrai que c'est dérangeant d'avoir la fumée des voisins quand on mange. Pour les bistros, pourquoi ne pas interdire, mais il est vrai que c'est moins gênant?
  • interdire les frit-kots ? C'est impensable ! Qui a eu cette idée ? Vous voulez rire, ou quoi ?
Soirées Soirées