TOP

Bruxelles aux enchères!

BrusselsLife Team.

05 Jul 2012, 05:07 Last Updated: 14 Jan 2013, 15:01

Avec 165 000 euros pour une planche originale signée Franquin de l'album Le Nid des marsupilamis (1960) et 95 000 euros pour une d'Hergé tirée du Sceptre d'Ottokar (1938), la BD belge a une fois encore prouvée son appartenance au monde de l'Art avec un grand A. Ce qu'il y a de commun entre toutes les oeuvres d'art, c'est leur valeur marchande. Or le marché de l'art reste pour beaucoup en domaine obscure, réservé à quelques initiés. Brusselslife a donc décidé de vous ouvrir les portes du monde des enchères bruxellois.

Le statut international de Bruxelles lui vaut la présence de trois des plus grandes enseignes de la vente: Christie's , leader mondial, Lempertz et Dorotheum . Cette dernière fête cette année son 300ème anniversaire et bientôt ses 10 années de présence en Belgique. C'est dans ce cadre que Constanze Werner, la directrice marketing du Dorotheum de Vienne, nous dévoile les éléments qui influencent le prix de départ lors d'une vente aux enchères : l'artiste qui a réalisé l'oeuvre, sa provenance (son prix augmente si elle vient d'une collection prestigieuse), sa condition de conservation, la signature et enfin s'il s'agit d'un nouvelle venue sur le marché de l'art.

Si vous désirez acheter une oeuvre aux enchères, vous pouvez vous y rendre en personne, surenchérir via Internet ou par téléphone et un employé lèvera la main pour vous ou encore faire appel à une tierce personne afin de rester anonyme. Par contre si vous désirez vendre un tableau ou si vous êtes simplement curieux de la valeur d'un objet dont vous avez hérité : demandez l'avis d'un expert. Deux possibilités s'offrent à vous : vous vous rendez dans une salle de vente ou vous cherchez un expert par vous-même.

Mais dès lors comment ne pas se faire arnaquer par un apprenti sorcier? Vous trouverez l'aide nécessaire auprès de la Chambre Belge des Experts ou de l' Association Belge des Experts . Dans un tout autre genre, nous nous devions de parler de l'institution nationale qu'est le Mont de Piété . Cette institution, qui prête de l'argent sur gage, fut crée en 1618 dans esprit de contraction envers l'adage qui dit que l'on ne prête qu'aux riches. Sa situation est d'autant plus particulière qu'un décret lui assure le monopole sur tout le territoire belge. De nombreuses estimations y ont lieu tous les jours ainsi que des ventes publiques et des ventes requises. Cependant tous les experts seront sûrement de notre avis que la valeur sentimentale d'un objet, elle, n'a pas de prix. Valérie Motmans (st.)