TOP

Football américain à Bruxelles

Football américain à Bruxelles

Le football américain débarque en Belgique à la fin des années 80, Bruxelles est très vite dans le coup...

... Avec les Bruxelles Raiders, un club aujourd’hui disparu.

Sport de combat collectif, le foot américain allie la puissance physique à la tactique de jeu. Tout le monde, quelle que soit sa morphologie, à sa place dans une équipe. A chaque poste correspondent des qualités différentes : les solides et rapides linebackers, les infranchissables tackles, les endurants receivers et corners,…

Tout ce petit monde n’a bien sûr qu’un seul objectif : marquer des points en amenant le ballon ovale dans la zone d'en-but adverse ou en l’envoyant, comme au rugby, entre les poteaux. Pour continuer à attaquer, une équipe doit parcourir au minimum 10 yards en un maximum de 4 tentatives. Sans quoi les rôles s’inversent.

En Belgique, les équipes s’affrontent dans leurs ligues respectives (francophones et néerlandophones) entre février et avril. Les meilleures se retrouvent ensuite dans le championnat national qui se clôture en apogée avec le Belgian Bowl.

A Bruxelles, on recense trois clubs : les Brussels Black Angels, les Brussels Bulls et les Brussels Tigers. En périphérie, les Warriors sont installées dans la morne plaine de Waterloo.

On a testé le football américain

La décision est prise. Pour mieux comprendre cette discipline en provenance directe du pays de l’Oncle Sam, je dois l’essayer ! Ma collègue américaine ne me laisse pas le choix : Fret, tu dois absolument contacter les Brussels Tigers. Ils ont gagné trois fois le Super Bowl belge ! J’apprendrai plus tard que son paternel est un inconditionnel des Auburn Tigers, une équipe universitaire américaine qui remplit un stade de 90.000 places à chacune de ses rencontres. Des équipes homonymes...

En poussant les portes du vestiaire des Tigers un mercredi soir, je m’apprête à un grand voyage dans l’inconnu… Après m’avoir présenté au coach, Pascal, le président et mon ange gardien du jour, veille à mon équipement. Casque et épaulières sont de rigueur à l’entraînement. Direction le terrain du complexe sportif d’Evere. Pendant que je me dépatouille pour enfiler le maillot au dessus des épaulières, le capitaine des Tigers ne manque pas de me charrier. Pascal, alias Scale, vient une nouvelle fois à mon secours… Je suis fin prêt !

Après un échauffement et une séance de drill menée tambour battant façon GI, le groupe se sépare en fonction des spécificités de chacun. Je rejoins naturellement les débutants et mon apprentissage commence réellement. Entre technique, vocabulaire et tactique je m’y perds un peu…

[© Brussels Tigers]

Tout le monde se retrouve ensuite pour répéter des phases de jeu. On répartit les troupes entre defense et offense. J’hérite du poste de cornerback, en bout de ligne. Entraînement oblige, point de plaquage en règle aujourd’hui. Me voilà rassuré, je ne deviendrais pas de la chair à saucisse pour le prochain tailgate. Les épaulières et les casques s’entrechoquent quelques fois dans un bruit sourd. Je commence à me prendre au jeu et commence à mener la vie dure au receveur adverse.

A la fin de l’entraînement, Alexandre De Coninck –alias Carmelo- remet les pendules à l’heure : si les Tigers veulent aller chercher une quatrième bague, synonyme d’une nouvelle victoire dans le Belgian Bowl, il va falloir plus d’engagement. Engagez-vous les Tigers, vous le méritez !

Show more
Sports d'équipes Sports d'équipes

Like this content?
Subscribe for updates!

Your information will be used in accordance our Privacy policy

Plus d'articles