TOP

Interview Atelier 4/5

.

28 Nov 2012, 03:11 Last Updated: 08 Jan 2018, 13:01

C'est dans leur atelier situé à quelques pas du Wiels que les deux charmants barbidos, Florent et Jean-François, nous accueillent.

Ces jeunes architectes sont les fondateurs de l'adresse la plus confidentielle de Bruxelles, l'atelier 4/5. Si vous êtes à la recherche d'un intérieur unique, que l'idée d'avoir un tabouret fait en vinyle vous emballe et que vous n'avez pas envie de devoir vendre un rein pour remeubler votre intérieur, vous êtes au bon endroit ! 

« Pour nous, le vintage au niveau du mobilier comprend les meubles des années 50 à 80. On peut les reconnaître grâce à différents critères : matériaux, couleurs et formes ». Voici la définition du vintage selon Florent et Jean-François. Allez, faites un effort ! Souvenez-vous la cuisine de l'appartement familial à la côté : des armoires aux portes orange, une table en formica et le tout arrondi au maximum de préférence ! Vous l'avez détesté, vos enfants s'en sont moqués et vous avez fini par la changer ? Aujourd'hui, elle entrerait parfaitement dans la case vintage. Le vintage n'est pas que cliché et décadence, c'est aussi des meubles plus discrets et tout aussi beaux que l'Atelier 4/5 remet au goût du jour.

Quand on s'intéresse à l'origine de leur passion pour le vintage, le duo s'exprime d'une seule voix : « On a fait nos études d'architecture ensemble et on a toujours beaucoup aimé chiner. Quand on a commencé à bosser, on ne voulait pas se retrouver tous les jours devant un écran et surtout, on voulait pouvoir bosser sur nos propres projets ». Depuis 2012, cette philosophie est devenue réalité. Au moment de se trouver un nom, une marque, ces deux amis de longue date n'ont pas tergiversé : « Quatre Cinquième », comme leur horaire dans leur emploi précédent.

Bruxelles, ville vintage

Le rétro est de plus en plus présent à Bruxelles. Bruxelles serait-elle devenue la capitale du vintage ? « On voit que le genre revient. Mais comme toutes les modes, cet engouement finira par s'essouffler un jour. On pense que les gens sont lassés de tous se retrouver avec la même table de salon du géant suédois. Ils veulent des meubles qui ont plus de cachet, qu'ils achètent généralement en brocante. Concept idéal pour personnaliser son intérieur ». Cependant, le tandem pense tout de même que le vintage a encore de beaux jours devant lui : « C'est une esthétique qui a un prix mais qui se marie bien avec l'architecture et les intérieurs contemporains. Aujourd'hui les intérieurs épurés permettent de mettre en valeur ce mobilier. Contrairement aux années 60 où les espaces de vie étaient surchargés ».

Si vous vous sentez l'âme d'un bricoleur, vous serez heureux d'apprendre qu'il est possible de se procurer beaucoup de matériau à Bruxelles et parfois pour rien ! « On trouve nos récups le plus souvent dans les brocantes et la rue. Sur les sites de seconde main et sur les chantiers et particulièrement chez les menuisiers, pour les chutes de bois. L'ASBL Rotor vient de publier un listing reprenant les endroits où l'on peut acheter du matériel réutilisable dans un rayon de 100 km autour de Bruxelles. C'est une excellente initiative qui pourrait nous être utile ».

Réalisations & projets

Plébiscités de toutes parts, ces deux jeunes entrepreneurs ont déjà eu l'occasion de réaliser des meubles sur mesure pour la ville de Bruxelles et des tables pour la marque de rhum Havana Club.

Tous les meubles signés 4/5 sont des petites merveilles d'originalité, mais on tenait tout de même à savoir lequel était leur préféré ! « On aime particulièrement le « Six Doors » qui est un meuble à 6 portes fait avec des assises de tabouret en formica. Les pièces que les gens semblent apprécier le plus, ce sont les tabourets en vinyle, les « 33 Stools », et l'armoire fait à partir d'un ancien paravent « Shelves Vs Screen ».

Terminons en beauté avec la journée vintage de l'atelier ! « Le matin on va faire la brocante de la place du Jeu de Balle, ensuite on va dîner chez Kika. On continue dans le centre en allant voir Lucien Cravate, Brocéliande et on termine en allant fouiller dans les vinyles des vieux disquaires ». Gloria Rojas Galvez

Décoration Décoration