TOP

HISTOIRE BELGE La Révolution belge, il y a 190 ans…

Marina Nys. Histoire

09 Oct 2020, 14:10 Last Updated: 13 Oct 2020, 10:10

La Belgique existera-t-elle encore, dans 10 ans, lorsqu’on fêtera ses 200 ans d’indépendance? Rappel des faits de 1830, voici tout juste… 190 ans.

La Révolution belge, il y a 190 ans…
La Révolution belge, il y a 190 ans…

Le 4 octobre 1830 à Bruxelles, notre Gouvernement provisoire proclame l’indépendance de la Belgique, après deux mois de combats contre les troupes hollandaises, principalement à Bruxelles et plus spécifiquement encore au parc, où les volontaires liégeois et le canon du vétéran Charlier « Jambe de Bois » de la Grande armée se joignent aux insurgés du reste venu de tout le pays. Durant tout le mois d’octobre, les contacts se multiplient avec l’étranger pour débloquer la situation sur le plan diplomatique. On joue « serré ». Le nouveau « Roi des Français » Louis-Philippe refuse de donner son fils comme premier « Roi des Belges », lesquels écartent logiquement la candidature du Prince d’Orange, futur successeur de Guillaume Ier, le souverain… éconduit. Le choix de Léopold de Saxe-Cobourg Gotha enlève l’aval de l’Angleterre, ce qui s’avère décisif pour la reconnaissance du nouveau pays.


Les origines d’un « mariage forcé »


L’issue de Bataille de Waterloo et la fin du régime de Napoléon ravit la population belge – sauf liégeoise ! - car c’est la fin des guerres, des impôts et de la conscription. Mais que faire de cette Belgique qui n’existe que dans l’héritage de la Révolution brabançonne datant déjà de 40 ans ? Face aux doutes de François d’Autriche qui préfère échanger ces « terres lointaines » et jadis siennes contre… Venise (!!!), les vainqueurs veulent recréer les « Pays-Bas espagnols » comme état-tampon entre les Alliés et cette France trop gourmande. Les anciens Pays-Bas autrichiens sont donc... donnés à la couronne hollandaise, et son souverain Guillaume.


Les divergences s’accentuent…


Le « mariage » tourne rapidement au vinaigre. La démographie recense 3,5 millions de « Belges » pour seulement 2 de « Hollandais », ce qui pose un gros problème au niveau du parlement où ces derniers veulent conserver 50%... minimum. La religion donne également une large majorité à la « Belgique catholique » face à la « Hollande protestante ». Rien n’a donc changé depuis la sécession des provinces du nord sous… Philippe II, le fils de Charles-Quint !


Le vase déborde !

En 1823, Guillaume – qui n’en est pas à une maladresse près ! – impose l’usage du néerlandais dans toute l’administration du royaume réuni. Non seulement les francophones n’en veulent pas, mais la plupart des Flamands non plus, car ils ne comprennent pas bien ce… « néerlandais standard » ! Trois ans plus tard, en 1828, une délégation menée par la bourgeoisie belge – catholiques et libéraux réunis - énonce les griefs de la population envers son souverain, lequel ne veut rien entendre. La fin de la décennie voit éclater un peu partout en Europe des mouvements indépendantistes teintés d’une forte dose de romantisme…


Une révolution « romantique »


Le terreau est donc favorable pour se débarrasser de ce Guillaume qui vient en plus d’imposer une nouvelle taxe dont seuls les Belges sont redevables. C’en est assez. Les premiers incidents éclatent à Bruxelles lors d’une représentation de l’opéra d’Aubert, « La muette de Portici ». Les insurgés s’en prennent à tous les représentants du pouvoir à la solde de La Haye. Les forces de l’ordre répliquent, et aux deux morts suite à la fameuse soirée de la Place de la Monnaie s’en ajoutent une vingtaine, lors d’un véritable combat en règle au Grand-Sablon. La révolution gagne tout le pays, et le 28 août, une délégation belge est… très mal reçue à La Haye.

Gendebien vs Talleyrand


Les Hollandais envoient 12.000 hommes pour rétablir l’ordre, mais c’est trop tard. Sous la conduite d’un ex-général français immigré, et d’un colonel autochtone de la même Grande Armée, une véritable troupe belge est levée, et n’a aucun mal à repousser les officielles, constituées partiellement par… des Belges. Les derniers soldats fidèles à la couronne de Nassau s’enferment dans la citadelle d’Anvers d’où… ils bombardent la ville. Sur le plan diplomatique, Alexandre Gendebien fait échouer le projet de Talleyrand visant à partager la Belgique entre l’Angleterre (toute la partie côtière située de Bruges à Anvers !), les Pays-Bas, la Prusse et bien entendu la France. Ce mois d’octobre 1830 est décisif pour la Belgique qui devient officiellement un Royaume à régime parlementaire lors de la prestation de serment du Roi Léopold, le 21 juillet 1831, après la régence du… Liégeois Erasme-Louis Surlet de Chokier.
 

Art & histoire Histoire Belge