Le grand saint Nicolas approche de vos cheminées, à vos petits souliers !

Le saint préféré des petits et grands enfants arrive à Bruxelles pour vous gâter de ses friandises et autres jouets.

Créé le 05/12/2018 - Dernière mise à jour le 10/12/2018

« Ô grand saint Nicolas, patron des écoliers, apporte-moi des pommes dans mon petit panier. Je serais toujours sage comme une petite image… » Têtes blondes ou poivre et sel, nous connaissons tous la chanson ! Mais connaissons-nous si bien que cela la légende de saint Nicolas ?

Avant d’être notre personnage préféré, saint Nicolas est avant tout l’évêque de la ville Myre au IIIe siècle après JC. Il serait né dans la ville portuaire de Patare en Lycie vers l’an 250. A l’époque, le plateau anatolien, comme l’ensemble de l’Asie mineure, appartient encore à l’empire romain d’Orient de langue grecque. Aujourd’hui, cette région est située en Turquie. Il aurait participé au premier concile de Nicée qui a façonné le christianisme que l’on connaît encore aujourd’hui. Déjà à l’époque, il était connu pour être le protecteur des enfants, des veuves et des plus faibles. Beaucoup de miracles lui furent attribués après sa mort, ce qui contribua à la légende…

Fêté le 6 décembre (jour de sa mort) de par le monde, surtout dans l’Europe Nord-Occidentale de tradition germanique (Benelux, Alsace-Lorraine, Allemagne, Suisse, Autriche) où il est encore une grande célébrité du folklore. Il est le saint patron de nombreuses corporations : des bateliers et navigateurs, des épiciers et des bouchers, des boulangers et des commerçants, des enfants, des écoliers et des étudiants mais aussi des prisonniers et des célibataires ! Il arrive dans nos contrées dans un bateau venant d’Espagne ou directement depuis le Paradis. Chevauchant son âne ou un destrier blanc qui porte plusieurs noms selon les régions : « Amerigo », « Bianca » ou encore « Majestueux ».

« Ils étaient trois petits enfants qui s’en allaient glaner au champs… », la légende du grand saint Nicolas est surtout connue par ce conte chanté dans notre enfance. Les trois petits enfants qui finirent hachés en petits salés par le boucher qui les a accueilli. Un boucher visité sept ans plus tard par saint Nicolas qui ressuscita les trois bambins. Un boucher qui, selon certaines versions, devint le sympathique compagnon du saint patron, le père Fouettard !

Les polémiques autour du grand saint

Un père Fouettard connu comme « Zwarte Piet » dans les Flandres et en Hollande qui fait régulièrement l’objet de polémiques. Le personnage serait une caricature raciste des Africains dépeinte par les Européens ou du moins un symbole du phénomène du « blackface » décrié aux Etats-Unis. Tout comme la croix qui trône normalement sur la mitre de l’évêque qui parfois disparaît dans certaines représentations de saint Nicolas. Une décision justifiée par la volonté de ne pas choquer certains publics et de ne pas cliver mais plutôt de rassembler autour du personnage.

Beaucoup se demandent aussi qui de saint Nicolas ou de père Noël est le prince des fêtes de fin d’année mais surtout le premier à être arrivé. L’histoire nous révèle que ce sont les colons allemands, flamands, hollandais et wallons qui emportèrent cette légende dans leurs bagages en migrant en Amérique. « Sinter Klaas » devint « Santa Claus » grâce au conte de Noël écrit au XIXe siècle par le pasteur Clarke Moore, « A visit from Santa Claus ». Passant alors du Paradis au Pôle Nord dans la culture populaire américaine, il en est devenu la mascotte la plus célèbre grâce à un soda. Débarqué chez nous avec les Américains venus combattre l’occupation nazie, il fait depuis concurrence au grand saint Nicolas.

Saint Nicolas a aussi une orthographe qui est fort disputée ! Mettons donc les points sur les « i » uen bonne fois pour toute : le personnage préféré des enfants sages, petits et grands, s’écrit « saint Nicolas ». Si l’on parle de la fête du 6 décembre, c’est la « Saint-Nicolas », il en va de même pour le nom de la commune liégeoise ou de la capitale du pays de Waes.

Derniers conseils avant de recevoir le grand saint…

On dispose en général ses chaussettes ou chaussures au pied de la cheminée pour recevoir cadeaux et friandises de saint Nicolas. Mieux vaut avoir laissé une carotte pour l’âne et un grand verre de bière pour le saint patron et son fidèle serviteur le père Fouettard si l’on veut être gâté ! Et surtout avoir été sage comme une image. C’est aussi le moment pour savourer les délices de cette fête bien de chez nous : clémentines, guimauves, nic-nacs, pains d’épices, spéculoos et autres cougnoux !

Où rencontrer saint Nicolas à Bruxelles ?
Cette semaine, beaucoup de lieux accueillent le saint patron des écoliers ces mercredi, jeudi et dimanche :

  • Le grand saint sera chez Docks à Schaerbeek dans un décor féerique de 12 à 17h ce mercredi 5 décembre ;
  • A Etterbeek, les commerçants de la chaussée de Wavre accueilleront mercredi après-midi saint Nicolas accompagné de son âne de 14 à 17h ;
  • La Maison de la création à Neder-Over-Heembeek (place Saint-Nicolas) organisera une après-midi contes et un goûter gourmand autour de la venue de grand saint. Ce mercredi de 14 à 18h ;
  • Le mercredi 5 décembre de 15 à 16h30, l’Improviste à Forest (120 rue de Fierlant) recevra saint Nicolas pour les enfants sages ! Il récompensera ses hôtes de cadeaux, légendes et secrets ;
  • Le mercredi toujours, de 15 à 17h au Recyclart à MolenbeekSaint-Jean (13-15 rue de Manchester), le grand saint arrivera même en bateau sur le canal au niveau de Godshuizenbrug ! Un joyeux boulanger fera cuire du spéculoos dans son four à pain ! Réservez vos places via waq@molenbeek.irisnet.be ;
  • Dans le cadre des Nocturnes des Musées, le saint patron sera ce jeudi 6 au musée BELvue, de 17 à 18h45, lors d’un spectacle de clown ! 4 euros pour les adultes, 2 euros pour les enfants (à partir de 3 ans) ;
  • Dimanche 9 décembre, saint Nicolas sera présent au Sunday Family Brunch de la Tentation (28 rue de Laeken) de 10 à 14h. Au programme : ateliers, bricolage, dessins animés, grimage et visite de saint Nicolas ! 15 euros pour les adultes, 10 euros pour les enfants et 5 euros pour les bambins de 2 à 4 ans. Réservation obligatoire.
     

Pour les plus grands enfants, la fête de la Saint-Nicolas accueillera les étudiants à la place d’Espagne le jeudi 6 de 13 à 18h30 dans un folklore estudiantin bien de chez nous !


Crédits photos : Pixabay, OllieBrand/Flickr.