Père Noël contre saint Nicolas : duel folklorique pour les fêtes

Qui de l’un ou de l’autre trône dans le cœur des enfants en cette période de fêtes de fin d’année ?

Créé le 18/12/2018 - Dernière mise à jour le 15/03/2019

Durant le mois de décembre, la période de l’Avent, la Saint-Nicolas, la Noël, les personnages du folklore chrétien et légendaire se bousculent. Outre le petit Jésus qui reste le principal fêté le 25 décembre, qui des deux antiques barbus est le premier à être arrivé pour nous apporter cadeaux et friandises ? Saint Nicolas ou le père Noël ? Ce dernier serait originaire du Pôle Nord où il vivrait avec sa multitude de lutins travailleurs. Invention de Coca-Cola ou lointain cousin du saint patron des écoliers ? Brusselslife enquête pour les fêtes !

Petit papa Noël, quand tu descendras du ciel...

Tout le monde connaît ce fameux bonhomme qui décore nos balcons, cheminées et autres parties de votre maisonnée en cette période de fêtes de fin d’année. De blanc barbu et de rouge vêtu, sa panse serrée d’un imposant ceinturon de cuir, son “Ho ho ho” qui retentit depuis son traineau décollant vers d’autres toitures, tiré par ses neuf rennes. C’est le père Noël bien-sûr !

La légende de l’homme Noël qui vient des Etats-Unis d’Amérique est issue de différents folklores européens. Nombreux colons ayant migré pour le nouveau monde dans l’espoir d’horizons nouveaux ont emporté dans leurs bagages leurs traditions locales dont celle de Noël. En Europe nord-occidentale, une fête est célébrée par de nombreuses familles chrétiennes, c’est la Saint-Nicolas. Saint patron des grands et des petits enfants, il est très populaire dans les contrées germaniques : en Allemagne, en Lorraine, dans les anciens Pays-Bas, en Autriche et en Suisse.

Quand la Réforme protestante vint remettre en cause l’hégémonie de l’Eglise catholique, elle combattit aussi les nombreux saints du calendrier ainsi que les saints patrons comme saint Nicolas. Malgré tout, cette tradition populaire persista de par chez nous et quand les migrants flamands, hollandais et wallons partirent coloniser l’Amérique et fonder la “Nova Belgium” avec Nieuw Amsterdam comme capitale, ils importèrent “Sinter Klaas” avec eux. Une fois cette colonie convertie à la couronne anglaise et plus tard à la bannière étoilée américaine, Nouvelle-Amsterdam devint New York mais garda des restes du grand saint.


C’est alors qu’au début du XIXe siècle apparaît le pasteur et écrivain Clement Clarke Moore. Celui-ci rédige une compilation de contes à l’intention des petites têtes blondes : “La Nuit avant Noël”. Évidemment, dans son recueil, l’auteur s’inspire de la légende venue des anciens Pays-Bas et bien implantée dans ce coin des Etats-Unis pour développer un nouveau personnage : “Santa Claus”. Mais ici plus de mitre ni de crosse comme accessoires, plus de cheval ou d’âne comme compagnon de route ou encore de père Fouettard. Le nouveau héros de Noël vient apporter les cadeaux dans un traîneau tiré par des rennes, huit plus précisément (enfin, neuf avec Rudolf et son nez rouge !).

D’abord vêtu d’autres couleurs mais principalement de vert, le rouge s’impose finalement pour être la couleur des habits du père Noël. Le jovial bonhomme résiderait quelque part proche du pôle Nord (mais où ?). Plusieurs pays scandinaves se disputent d’ailleurs le lieu de domicile du barbu rouge et blanc. Ce serait en Laponie, célèbre pour ses rennes, qu’il se cacherait ! C’est là qu’il ferait fabriquer sa montagne de jouets pour tous les enfants sages d’Outre-Atlantique, aidé bien-sûr d’une cohorte de lutins ! Cadeaux qu’il vient ensuite livrer la nuit du 24 décembre au pied du sapin des petits Américains.

Très vite populaire, le personnage devint une égérie commerciale pour de nombreuses enseignes dont une célèbre marque de soda originaire d’Atlanta… Et oui, Coca-Cola eut la brillante idée d’associer le père Noël à la vente de sa boisson durant l’hiver. Pari gagnant pour la firme qui aida également le bonhomme Noël à devenir une icône internationale durant l’après-guerre en Europe. Nos alliés américains étant venus combattre l’occupant nazi les bras chargés de caisse de cola. Depuis, le père Noël dispute à saint Nicolas la place de prince des fêtes de fin d’année.

Un duel au sommet en livre sous le sapin

L’éditeur Versant Sud sort dans sa collection Jeunesse le super petit livre “Saint Nicolas vs Père Noël” pour nos bambins. Avec jane Oshka aux textes et Noémie Favart aux illustrations, ce récit vous transportera dans une joute verbale humoristique entre les deux célèbres barbus, une histoire qui fera rire petits et grands.

Et pour vous, qui gagne le match, saint Nicolas ou père Noël ? A suivre.


Crédits photos & sources : Jean-Pol Grandmont, 176th Wing Public Affairs.