Tom Frantzen, sculpteur sur bronze

Tom Frantzen, sculpteur bruxellois, immortalise ses idées, ses personnages et son humour dans le bronze depuis plusieurs dizaines d’années. Si on lui doit Madame Chapeau ou le Zinneke Pis, son oeuvre ne s'arrête pourtant pas là, il a encore de nombreux travaux à vous faire découvrir. Rencontre avec cet artiste de l’ombre.

Créé le 06/08/2015 - Dernière mise à jour le 10/08/2015

Bruxellois de naissance, Tom Frantzen commence par aller à l’école francophone avant de se lancer dans des Humanités scientifiques flamandes. Avec un père flamand, il est entièrement bilingue, si bien l’accent de la capitale coule en lui naturellement. Cette éducation marque son caractère et son œuvre dont les noms de certaines de ses créations.

Après des études à l’Ecole Nationale d’Architecture et des Arts Visuels de la Cambre, Tom Frantzen fait un stage chez un fondeur italien. Plus tard il créé sa propre fonderie et y coule ses sculptures jusqu’en 1990 avant de confier la fonte à d'autres.
Actuellement, c’est toujours dans son atelier qu'il se consacre au ciselage et aux finitions ou donne le jour aux moules servant à couler le bronze.

L’humour bruxellois devient visuel

Le sculpteur explique qu’il est idéaliste et ne prend pas de commandes conformistes, au contraire, il se laisse porter par son inspiration et l’humour caractéristique de Bruxelles. « J’essaye, particulièrement avec les sculptures de rues, de créer une confrontation avec mes œuvres en utilisant des éléments réels. » Toute la finesse repose sur l’intégration de la sculpture dans le cadre choisi et la création d’une interaction (un poteau, une bouche d’égout, un lumionaire, un coin de rue…). Ces sculptures ont un but bien au-delà de celui de rendre leur quartier attirant aux touristes : « elles véhiculent l’humour bruxellois. Accessible par l’image, il devient alors universel pour que tous le comprennent. »

Le Zinneke Pis, Madame Chapeau, De Vaartkapoen…

En ce qui concerne les sculptures bruxelloises , au départ Tom Frantzen gagna le concours pour la réalisation du Vaartkapoen à Molenbeek. Voyant cette sculpture, le comité de quartier des Chartreux ainsi que la Mutualité socialiste commandèrent chacun une sculpture dans le même esprit. C’est ainsi que le Zinneke Pis, Madame Chapeau furent créés.

Bien au delà de la capitale, on le retrouve sur le port d'Anvers grâce au Monument de Jan Cornelis Van Rijswijck ou au Musée des Beaux Arts de Tournai avec l'imposante Li Belle Hippo. Et grâce aux prix Shikanai et Manzu entre 1990 et 1992, c'est jusqu'à l'Open Air Museum du Japon qu'il exporte son art !

A côté de l'art public, l’artiste créé selon sa fantaisie des personnages de tous les genres et toutes les tailles pour agrémenter ses sentiers du Chatmikaze qu’il fait visiter.

Un monde animalier déjanté

Si l’on s’intéresse à ses sculptures, on remarque que les animaux ont une place très importante dans ses œuvres. La majorité de ses créations donnent aux animaux des caractéristiques humaines qu’il veut dénoncer ou dont il se sert pour nous faire rire, à la manière des Fables de La Fontaine. Grenouilles, cigognes, vaches, cochons, ânes et lièvres sont de la partie mais aucun d’eux n’a l’importance du singe dans la galerie du sculpteur.

Le ton est donné dès l'entrée avec un singe sculpteur en guide de boîte aux lettres. Je l’ai fait exprimer une certaine autodérision de l’artiste qui ne doit pas trop se prendre au sérieux. Ensuite, comme je me moque de moi, je ne me sens plus gêné de me moquer des autres dans tout le parc! J’utilise le singe surtout comme provocateur dans mes oeuvres. Par exemple sur le mur chinois ils « singent » une marche militaire communiste .

Dans la tour de Babel que Tom Frantzen a imaginé, des gorilles se révoltent contre le reste de l’humanité ou plutôt contre « l’inhumanité » dont ils sont les victimes et par laquelle ils disparaîtront. Explications: L’humain prend souvent le singe pour un sous-homme et l’utilise sans honte ni compassion pour des expériences. Dans mes sculptures, ils ne sont pas moins que l’homme qui n’est qu’une sorte d’animal évolué qui n’a pas pris la bonne voie malgré qu’il en a eu la possibilité.

Un nom peu connu pour un artiste non moins talentueux et engagé au fort caractère, nous vous laissons découvrir ses œuvres aux quatre coins de Bruxelles