TOP

Mauve ou rouche ?

Frédéric Solvel.

03 Dec 2013, 11:12 Last Updated: 23 Oct 2014, 12:10

Depuis la nuit des temps, le football déchaîne les foules. A l’image des rencontres qui opposent le Paris Saint Germain à l’Olympique de Marseille ou le Real Madrid au FC Barcelone, les clásicos Anderlecht-Standard ont souvent une saveur particulière.

Quatrième round de notre match qui oppose Bruxelles à Liège.

Les chiffres pour Anderlecht...

Avec un peu de recul et en mettant de côté les passions que ces équipes déchainent, on ne peut le nier : Anderlecht a toujours eu une « petite » longueur d’avance sur le Standard. Sur les 196 confrontations officielles (à la date du 23 octobre 2014) : les mauves en ont remporté 85, les rouches seulement 56 tandis que les équipes se sont quittées 55 fois sur un score nul. Nous ne rentrerons pas dans les détails de peur de nous faire lyncher lors de notre prochaine sortie dans le carré…

Si dans les années 90 et au début des suivantes, Anderlecht menait les débats, le Standard lui conteste de plus en plus souvent sa suprématie en redonnant un certain intérêt aux clásicos. Il faudra sans doute attendre quelques saisons avant que la blague suivante revienne au goût du jour. À quoi reconnaît-on une vieille voiture? À l’autocollant Standard champion. Même si dans les travées du stade Constant Vanden Stock elle sera toujours à la mode…

La manière pour le Standard...

Soyons fair-play, quand il s’agit de la ferveur des supporters, le Standard de Liège met la balle au fond et l’emporte haut la main. Quand la tribune 3 prend les armes, le surnom d’enfer de Sclessin est loin d’être usurpé. Installé en bord de Meuse, le stade Maurice Dufrasne, son nom officiel, est entouré d’usines et de hauts fourneaux qui crachent flammes et fumées et renforcent l’impression infernale.

Le chaudron de Sclessin est la seconde résidence du supporter du Standard. Les jours de match, il entre littéralement en transe pour le faire bouillir et faire connaître l’enfer à ses adversaires! Et quand un joueur passé à l’ennemi revient fouler la pelouse de Sclessin, il est accueilli comme il se doit. Quelques entraîneurs, comme Raymond Goethals, ont également fréquenté les deux clubs. Et si Raymond la science a offert deux titres de champion aux Liégeois, c’est avec les Bruxellois qu’il a remporté la Coupe d’Europe des vainqueurs de coupe.

Les supporters du Sporting, qualifiés par leurs homologues liégeois de supporters de la victoire, sont un peu plus dans la retenue ou seraient-ils blasés par trop de victoires ?

 

  PrécédentSuivant  test
Blog Sports d'équipes